Mon parcours capillaire

 

Il est clair que certains ne comprendraient pas qu’on puisse parler autant de cheveux et qu’on ait beaucoup de choses à dire à ce sujet. Ce serait sans savoir que dans la « communauté » afro-antillaise (je n’aime pas ce terme car ça donne l’impression de parler de clan, ce qui n’est pas le cas), les cheveux revêtent un aspect socioculturel important.

Pourquoi parler de cheveux?

Pour une femme, la chevelure est atout féminin qu’elle néglige rarement.
Nous avons toutes, en tant que femme, un rapport particulier à nos cheveux. Soit on ne les aime pas (ce qui n’a jamais été mon cas), soit on veut la texture de  cheveux de la copine, soit on les trouve trop courts, trop noirs, pas assez clairs, trop cassants… Bref, rarement contentes!

Il faut dire que chez la femme noire et métissée, du fait de son histoire, du milieu dans lequel elle vit et de son contact avec la société moderne qui fait l’éloge du lisse _ alors que les siens sont à l’opposé du lisse_ ses cheveux sont encore plus particulier selon elle et elle y consacre beaucoup plus de temps et beaucoup plus d’argent que n’importe quelle autre type de femmes.

C’est pourquoi, dans la blogosphère afro-antillaire, vous lirez souvent des articles dont le sujet est « mon parcours capillaire ».

Voici le mien.

Mon enfance et adolescence

Bien entendu, mon parcours capillaire commence à la naissance.
Comme chez beaucoup d’enfants noirs dont l’adn contient des traces de métissages, même lointain, je suis née les cheveux lisses, avec beaucoup de cheveux, qui se sont mis rapidement à boucler dans les semaines qui ont suivies ma naissance puis à crêper. Voilà pour le tout début.

Sans surprise, sachez que mes cheveux sont crépus et pas un peu.  Je crois qu’il n’y a pas plus crépus.
Selon une classification du cheveux, que je n’aime pas beaucoup, mais qui reste la référence pour tout le monde maintenant, mes cheveux sont de type 4C… Je m’amuse même à dire 4Z.

lena nianga

Petite, quand j’avais des poux, ma mère n’hésitait pas à me raser les cheveux telle un garçon. Et quand mes cheveux sont aussi courts, ils forment des boucles semblables à des grains de poivres. D’où l’expression aux Antilles de cheveux grainés.
Disons plutôt que certaines femmes ont les cheveux qui forment de grosses boucles de diamètre infini (=cheveux lisses), ou des boucles de 5cm de diamètre ou 3 ou 2 ou 1cm de diamètre… etc. Mes boucles font 3 millimètres de diamètre!

À la base, mes cheveux sont tellement crépus que même ma mère disait de moi que j’avais des cheveux de garçon.

Ce qui m’amène à parler des commentaires négatifs que je recevais avec des cheveux crépus comme les miens.

Commentaires négatifs

Ce qui est curieux (pas tant que ça quand on se souvient de l’Histoire…), les personnes qui me faisaient le plus de commentaires négatifs sur mes cheveux crépus étaient les noirs eux-même.

Cela commence en général dans la famille même, avec le terme dit sans méchanceté aucune de la part de ma maman « les cheveux de garçon ».
Lorsque je portais mes cheveux libres, le peu de copine noires ou métisses que j’avais ne voulaient même plus rester avec moi, ayant honte de mes cheveux.
Mes tantes, ma mère et même mon père me demandaient de me coiffer aussitôt lorsque je venais à peine d’enlever mes tresses.
Des connaissances noires et métissées se moquaient en me demandant si je n’avais pas assez d’argent pour aller chez la coiffeuse ou me payer un défrisant.

Ce qui était bizarre c’est que moi j’acceptais mes cheveux crépus et je ne les cachais pas. D’où la multitude de commentaires que j’ai pu recevoir. Cela ne m’a jamais sapé le moral ni même incité à sauter sur une boite de défrisant.

Et le plus paradoxal là dedans, c’est que ce sont les « blanches » qui étaient fans de mes cheveux et me disaient à quel point elles aimeraient avoir les mêmes. Bon, je pense que c’était un peu exagéré voire hypocrite mais le contraste était saisissant.

La conclusion est sans équivoque: les noirs n’aiment pas leur cheveux.

Mais je ne peux en vouloir à personne. En matière de beauté à l’époque et maintenant toujours, c’est l’apologie du bouclé ou du lisse, très lisse. Alors quand on a les cheveux à l’opposé, les temps peuvent être difficiles. Pas pour moi qui ai toujours eu un très fort caractère… tout en douceur.

Ce que je trouvais triste, c’est que tant de femmes n’aiment pas leur cheveux et ne savaient même plus ce à quoi ressemblait les cheveux.

J’ai même une amie noire qui en se moquant de moi me disait: « Mais c’est quoi ces cheveux là. Ils sont tous bizarre ». Une NOIRE noire! Je lui dit alors un peu bouche-bée de tant d’ignorance : « Mais tu sais que si tu arrêtes le défrisage tu as les mêmes? » Et là, consternation de sa part: « Ah bon?! Ah peut-être… Ça fait tellement de temps que je fais des défrisants que je ne sais plus à quoi ressemble mes cheveux ».

Le constat était amère. Comment peut-on être autant aliéné? Je n’aime pas ce terme non plus car je ne suis en rien une activiste nappy mais c’est ce que j’ai ressenti à ce moment.
Pourquoi vouloir effacer à ce point ce que la nature nous a donné?
J’avais un peu l’impression d’être seule contre tous. Mais je savais que je n’étais pas bizarre car je restais telle que la nature m’avait faite et j’aimais cela.

Tous ces commentaires négatifs ne m’ont pas empêcher d’aimer mes cheveux.

Pourquoi j’aimais et j’aime mes cheveux crépus?
Parce qu’on peut tout faire avec!
Enfant, dès qu’on me défaisait les tresses avec rajouts je leur donnais toutes les formes. Je fais des afros, ou des faux-bob ou la coupe à la « voyage-voyage » (vieille chanson des années ’80 avec une blonde à la coupe de Will Smith dans le Prince de Bel Air)…
Bref, je m’amusais beaucoup avec mes cheveux.

Mes coiffures d’enfant et d’adolescente

Ma mère passait du temps à prendre soin de nos cheveux et à les coiffer régulièrement. Ce qui lui valait de nombreux compliments à propos de nos coiffes.

Petites, on faisait les petites tresses au fil. Et quand les cheveux devenaient long, elles faisaient les ponts. On a eu droit aux bantu knots, aux nattes collées…etc. En somme, j’ai porté toutes les coiffures africaines. Ma mère ayant 4 filles, elles se faisaient plaisir. Tout du moins au début.

 

A la maison, il ne fallait pas espérer ou demander de porter des extensions avant l’âge de 12 ans. J’y ai eu droit à 11 ans de mémoire car j’ai du insister auprès de ma mère.
Je ne vous parle même pas du défrisage que mes grandes soeurs réclamaient et qui étaient interdit avant le bac!

Ces règles avaient pour but de protéger nos cheveux et de ne pas faire trop femme avant l’heure.

Ma période défrisage

Malgré mon amour pour mes cheveux naturels, j’ai défrisé mes cheveux pour la première fois l’été après le bac. A vrai dire, ma mère m’a défrisé les cheveux.
Perso, je ne voulais pas et j’ai même un peu lutté pour y échapper. En vain.
Je voyais ce que ça donnait sur mes soeurs: cheveux lisses et plats, qu’elles attachaient souvent en queue de rat. Rien qui ne me donnait envie.
Ma mère m’a donc défrisé les cheveux, elle-même, pour la simple et bonne raison que j’entrais en classe préparatoire, je devais me concentrer sur mes études et qu’elle n’aurait plus eu le temps de s’occuper de mes cheveux. Le plus simple selon elle et le plus facile était que je me défrise les cheveux.

La séance de défrisage en elle-même était caucasse. Il n’y en a eu que 2 ou 3 dans ma vie donc je m’en souviendrai toujours. Dès que ma mère a eu fini de poser le défrisant, je voulais l’enlever. Je commençais à dire que ça me piquait, ça me faisait peur. On a donc rincé la crème au bout de 10 minutes même pas. Au final, le résultat était celui d’un texturisant. Mes cheveux étaient juste passés d’un 4C à un 4A ou 3C et me tombaient sur les épaules. C’était super. J’aimais le résultat. Je n’avais jamais vu mes cheveux ainsi.
Mais pour ma mère, c’était un raté car les cheveux n’étaient pas lisses. Elle m’en voulait d’avoir gâché un pack de défrisage . Pour elle, il fallait recommencer. C’est ce qu’on a fait 2 semaines après.

Inutile de vous dire comment étaient mes cheveux après cela.

J’étais dégoutée de me retrouver avec les mêmes cheveux lisses et plats que mes soeurs. Et non, je n’ai pas échappé à la fameuse queue de rat. Je n’ai plus refait de défricsage depuis car cela confortait l’idée que ce n’était vraiment pas pour moi.
Ces 2 fois m’ont suffit pour toute ma vie et m’ont convaincu que je ne voulais pas cela.
Ma période défricsage fut donc courte: 2 défrisages seulement et un an après, je coupais mes cheveux défrisés.
C’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à chercher sur la toile des informations pour pouvoir garder et porter mes cheveux naturels et sans faire de rajouts. C’était il y a 16 ans.

Le phénomène Nappy

C’est en faisant des recherches dans ce but que je suis tombée sur ce qui était en fait les balbutiements du phénomène nappy: comprenez « natural and happy ».

C’est le site Blackjewels, fermé depuis, et le seul à l’époque, qui proposait l’alternative. Nous étions de nombreuses femmes, la plupart antillaises au début, sur un forum d’entraide. On partageait des photos de notre chevelure sur le site hébergeur Fotki pour s’encourager et trouver l’inspiration.

Je dois dire que je n’ai pas porté mes cheveux libres du jours au lendemain.
je portais des rajouts, ce qui commençait à abimer un peu plus mes cheveux aux niveau des tempes.

Mais les forums m’ont permis de voir que je n’étais pas seule dans ce cas.

Me concernant, je voulais juste prendre soin de mes cheveux et avoir des infos pour m’aider au quotidien. Certains sur les forums ont pris cela de manière activiste, dénigrant celles qui se défrisent les cheveux…etc.
Personnellement, ce n’est pas mon combat.
Moi ce qui me plaît et ce qui me va ce sont mes cheveux crépus. Point.
La pseudo idéologie qui va avec ce n’est pas pour moi.

C’est ainsi qu’au fur et à mesure de mes recherches et de mes essais, j’ai engrangé un maximum de savoir. C’était facile pour moi car j’aime vraiment mes cheveux naturels.
J’ai testé pas mal de choses et j’aime en tester encore.
J’ai fait des faux-pas qui m’ont valu de repartir de zéro quasiment.

Et bizarrement, avant même que ce soit la mode du cheveux afros, les mêmes personnes qui critiquaient mes cheveux commençaient à les trouver beaux, notamment car ils gagnaient en longueur. Les gens s’étonnaient de leur longueur, qui n’est toujours pas extraordinaires, mais « pour une noire » comme les gens disent…
Les femmes de ma famille commençaient à me demander des conseils, les produits que j’utilisais…

J’étais contente car j’avais réussi à montrer aux femmes noires de mon entourage que le cheveux crépus peut être beau.
Mes soeurs qui ne juraient que par le défrisage ont arrêté en voyant ma chevelure prendre en longueur et être portée naturellement au quotidien.

Je dois avouer que j’ai porté longtemps des tresses avec rajouts.
Cela fait depuis 6 ans que je n’en porte quasiment plus. Ca doit arriver 2 fois par an maintenant.
Désormais, je ne porte QUE mes cheveux, dans leur état le plus naturel. Je fais des vanilles (sans extensions), des chignons son serrés et parfois je laisse libres.

À savoir que les tissages ne sont pas pour moi non plus. j’en ai fait en tout est pour tout 3 ou 4. Mais à chaque fois pour moi, cela fait vraiment trop faux…

tresses

cheveux lisses
lissage

Exposition

2010 tissage
Tissage en 2010
afro
Coupe afro en 2010
perruque lisse
Perruque en 2009

Encouragements

Si vous êtes au début de votre aventure capillaire, ne lâchez rien si c’est ainsi que vous souhaitez porter vos cheveux.
Trouvez l’inspiration auprès de femmes qui peuvent ont le même type de cheveux que vous.
Pour plus d’images de ma chevelure à travers le temps, consultez mon article sur Mon évolution capillaire en image.
J’ai eu besoin d’inspiration à certains moments ( à l’époque je rêvais sur les chevelure des nappies afro-américaines) pour me dire que c’était possible. Et je m’étonne aujourd’hui d’être pour certaines, à mon niveau, une inspiration.

Maintenant qu’il y a de plus en plus de nappies, internet est devenue une mine d’informations pour vous aider au quotidien.

Encore une fois je n’ai rien contre celles qui se défrisent les cheveux. Chacun fait comme il veut. Je ne suis pas une activiste nappy qui essaie tout le monde qu’elle croise de faire un big chop. Mais si vous avez besoin de conseils, c’est avec plaisir que je vous en donnerais.

Sachez donc que c’est possible d’avoir les cheveux naturels dans ce monde qui prône le lisse.

Niangalement,

Léna

Publicités

10 bonnes raisons de se mettre à la Pole Dance

« La pôle quoi?? »… La pole dance mesdames!

Qu’est-ce que c’est la pole dance?

Pole dance figure

La pole dance est un sport qui nous vient des États-Unis, vous l’aurez deviné.
Si, si, je vous assure c’est un sport et qui plus est plutôt difficile.
Cela s’apparente à la discipline du mât chinois que pratiquent certains acrobates dans les cirques.

Bon, comme je sens que perd la moitié d’entre vous et que vous ne voyez toujours pas de quoi j parle, je vais tomber dans le cliché: la pole dance ressemble à ce que font certaines strip-teaseuses autour d’une barre dans les clubs. Ca, c’est le gros cliché car en fait la pole dance ce n’est pas ça du tout.

Bien sûr quand on parle de pôle dance, la plupart des gens ont cette image qui n’est pas totalement fausse car c’est une des origines principales de la pole dance.

D’ailleurs la pole dance consiste à « danser » autour d’un « pôle » (comme pôle nord, pôle sud… ) qui est matérialisé par une barre métallique.

En fait, on ne danse pas. On fait des acrobaties et des figures qu’on appelle tricks. Et c’est lorsque qu’on enchaîne plusieurs tricks (cela devient donc des combos) tout en sensualité _ ou pas selon sa manière de poler_ qu’on donne cette impression de danser.

Et une personne qui pratique ce sport est une poleuse, pour une femme et un poleur pour un homme. Et oui, les hommes en font. Car souvenez-vous, c’est comme du mât chinois. Il faut une certaine force musculaire et en général, les hommes y arrivent bien, la sensualité en moins.

Dance

10 bonnes raisons de pratiquer la pole dance

1- La première tout simplement est que c’est un sport.

Donc si vous cherchez à vous dépenser sans suer à grosses gouttes mais vous dépenser en énergie tout de même, sachez que c’est le cas.
Souvent, à la suite des premiers cours, on a des courbatures à des muscles dont on ne soupçonnait même pas l’existence.

Majoritairement, les profs de pôle dance proposent des cours d’une heure ou une heure et demi voire de deux heures. Et en général, cela suffit largement car on en ressort souvent lessivées même sans être dégoulinantes de sueur.

2- C’est une discipline originale…

…même si elle est très à la mode en ce moment et de ce fait, compte de plus en plus de pratiquants.

C’est un sport qui étonne et attire la curiosité également.

Panneau pole

3- C’est une discipline pour tous.

Jeunes, beaucoup moins jeunes, hommes et femmes….
Comme écrit plus haut, ce n’est pas un sport réservé aux femmes.
D’ailleurs, vu qu’on utilise pas mal de force musculaire, c’est un sport qui convient tout à fait aux hommes.

Il existe aussi de nombreux cours réservé aux enfants, à partir de 10 ans en général. Et rassurez-vous, l’approche sensuel ne fait pas partie des cours pour enfants.
Voici la vidéo d’une jeune métisse ukrainienne de 9 ans qui y arrive parfaitement.

Il n’y a pas de limite d’âge. Tant que vos muscles vous portent encore, vous pouvez faire ce sport. Il existe d’ailleurs de nombreuses vidéos de personnes âgées pratiquants ce sport, notamment celle d’une japonaise de plus de 70 ans dans « Un incroyable Talent » en Italie qui fait une prestation époustouflante. Vidéo ici.

Papi pole

Côté morphologie, pas besoin de ressembler à un tas de muscles ou à une fitgirl pour en faire. Des femmes très voluptueuses le pratiquent. Encore une fois, tant que vos muscles vous portent, c’est l’essentiel. Preuve que votre morphologie n’est pas un frein à la pratique de la pole dance. Regardez cette vidéo.

4- C’est un sport où on peut progresser très vite.

C’est mon cas.
Oui, au fait, je ne l’avais pas encore écrit mais vous l’aviez sans doute deviné, je suis une poleuse.

J’ai pris mon premier cours d’initiation il y aura bientôt 1 an mi-avril.
Depuis, je prends en moyenne une heure et demi de cours toutes les deux semaines et je suis déjà au niveau intermédiaire 2 voire plus.

Les différents niveaux en pole dance:
Initiation
Débutant 1
(Débutant 2)
Intermédiaire 1
Intermédiaire 2
Avancé 1
(Avancé 2)
Pro

5- Vous pouvez vous entraîner à la maison!

Si vous faites du tennis, de la natation, du beach volley, de l’équitation… etc, vous pourrez difficilement vous entraîner à la maison car il faut l’infrastructure qui va avec.

En pole dance, il suffit d’avoir une barre à la maison… moyennant environ 250 euros minimum pour une barre de qualité. Les seules barres à acheter sont celles des marques Lupit, X-Pole (le leader mondiale et celle que j’ai à la maison) ou Agm. N’achetez surtout pas autre chose! Vous risqueriez de le regretter. Demandez conseils à votre prof de pole dance.

En ayant une barre  la maison on peut s’entraider plus régulièrement et progresser encore plus vite. L’autre avantage est de faire un show privé à son ou sa chéri quand on commence à avoir un bon niveau.

6- C’est un sport quasi-complet!

Certes vous ne travaillerez pas directement le cardio en faisant de la pole dance mais vous travaillerez tous vos muscles.
D’ailleurs, il y a deux choses importantes pour progresser c’est la souplesse et le gainage. Et ça aussi, ça peut se travailler à la maison.

Pour le grainage; c’est simple, on travaille les abdos et les muscles opposés toujours, les dorsaux. Voilà pour faire simple. Car souvent en pôle dance, accrochée à la barre par la seule force de ses bras (on porte son poids donc), on doit soulever ses jambes toutes droites simultanément et les monter bien au dessus de la tête. Puis les redescendre en même temps tout doucement, avec grâce comme si c’était facile.
Si on a zéro abdo, c’est juste impossible.
Si on a un peu d’abdo, ça devient faisable mais on verra l’effort et ce sera moins joli.
Et si on est gainée parfaitement, cela paraitra sans effort et donc plus joli.

Concernant, la souplesse, vous vous doutez bien qu’elle est nécessaire comme dans toute danse.

Ainsi, à force de pratiquer la pole dance, vous gagnez en force et en souplesse.

7- Besoin d’aucun équipement.

pole dance

Vous n’êtes pas obligée d’acheter une barre à la maison.
D’ailleurs, quand vous débutez, je vous déconseille d’en acheter une dans la foulée. Le mieux est d’attendre au moins 6 mois, voire une année, pour voir comment vous progressez et si ce sport vous plaît vraiment.

La pole dance se pratique en short et brassière, point. On ne peut pas faire plus minimaliste. Enfin si, mais on ne le fait pas en cours…

Pourquoi en si petite tenue?
Tout simplement parce que pour certaines figures, la plupart d’entre elles même, on va s’aider de sa peau qui accroche légèrement à la barre pour tenir des positions. Sans cela certaines figures seraient impossibles.

Il existe néanmoins des tenues et des combinaisons de pole dance recouvrant tout le corps et qui accrochent la barre, pour celles qui le souhaitent.

8- Un sport qui exalte la féminité!

Il y a plusieurs manière de pratiquer la pole dance.
On peut le faire tout en puissance mais toujours avec souplesse. Ce que choisissent en général les hommes et certaines femmes.
On peut le faire tout en délicatesse et douceur comme une danseuse étoile.
Et on peut le faire en mode sexy (pas sexuel), pin up.
Dans tous les cas, le gainage et la souplesse doivent être au rendez-vous pour un bel effet.

Donc même s’il y a des hommes qui pratiquent ce sport, c’est aussi un sport où on peut laisser cours à sa féminité de la plus belle des manières qui soit.

Pour moi, c’est un sport qui s’apparente à la danse classique.
Dans les deux cas, malgré les clichés, les hommes pratiquent cette discipline et parfaitement bien en général…voire mieux que les femmes.
Dans les deux cas, pour progresser, il faut gagner en force (gainage) et souplesse.
Dans les deux cas, plus les gestes paraissent fluides et faciles, plus le travail fourni en amont a été conséquent.

Mais rassurez-vous, les comparaisons entre la danse classique (que j’ai pratiqué également) et la pole dance s’arrêtent là.

Ballerines

9- Un sport qu’on pratique à plusieurs

C’est un sport qui se pratique sous forme de cours donné par un ou plusieurs professeurs.
Il existe des cours privés mais en général, ce sont des cours collectifs en petit nombre (en général une dizaine de personnes max); d’où la possibilités de se faire des amies.

Ils existent également des stages de pole dance que chaque école propose régulièrement à ses élèves. Et il est tout à fait possible de faire des stages de pole dance sur plusieurs jours dans d’autres villes avec des professeurs de renommée internationale.

Et pour celles qui ont un très bons niveaux, il existe également des compétitions de pole dance.

La pôle dance est un sport qui permet de voir du monde et de sortir de son train train quotidien.

10- C’est un sport où l’on s’amuse

hein

On est obligé à un moment ou un autre de rire dans ce sport car certaines figures paraissent franchement irréalisables la première fois que la prof les présente. Puis, elle décompose le mouvement, on comprend mieux, on essaye et on arrive.

Les cours sont composés généralement que de filles. Et comme on est là pour se détendre, il y a généralement une bonne ambiance. Aucune compétition entre nous malgré ce qu’on pourrait croire car on est là pour apprendre. Et une des bases de la pole dance c’est d’être à deux au moins. Car lorsqu’une fille est sur la barre en train de faire la figure, une autre est au sol pour la parer au cas où.
Il y a donc forcément une relation de confiance qui se créer entre toutes les filles.

Les quelques aspects négatifs…

  • La pole dance souffre parfois d’une image négatif. Quand les personnes autour de vous apprennent que vous faîtes de la pole dance, il peut y avoir différentes réactions. Certains hommes vont croire que vous donnez des shows privés ou que vous faîtes ce sport pour danser autour d’une barre en boîte.  Certaines femmes vous prennent pour des femmes aux moeurs légères et vous disent « Ah non mais moi, je ne pourrais jamais faire ce sport, trop dégradant pour une femme… » Alors qu’en fait, tu fais un sport de guerrière et qu’ils n’ont vraiment aucune idée de ce que tu fais réellement.
    Attendez-vous parfois à des commentaires négatifs.
  • Ca fait mal les premières fois au point de se retrouver avec des bleus sur tout le corps. Je m’explique. Comme je l’ai écrit plus haut, c’est parfois la peau qui accroche la barre et rien d’autre, ce qu’on n’a pas l’habitude de faire dans sa vie de tous les jours. Donc quand tu portes tout ton poids sur 10 cm carré de peau et qui ne soit ni tes pieds ni tes mains… ça fait mal.
  • Il y a peu d’école en France, notamment en province.
    Les choses commencent à évoluer petit à petit mais l’offre à assez réduites et dans certains endroits il n’y aura sans doute pas d’école de pole dance à côté de chez vous.
  • Le prix.
    Il en rebute certains, un grand nombre à vrai dire.
    Ce n’est pas un sport qui est totalement démocratisé. Il y a peu de prof de pole dance dans tout le territoire français, sauf en région parisienne sans doute. Ce qui veut dire qu’il y a peu de concurrence et les prix restent assez élevés pour certaines. Il faut compter au minimum 20 euros le cours d’une heure ou d’une heure et demi.
    Les écoles proposent souvent des forfaits ou des abonnements avec des facilités de paiements.
    Le prix est sans doute aussi dû à l’équipement que les profs investissent dans l’équipement et dans la location de la salle. Ce sont aussi souvent des auto-entrepreneurs avec les dépenses qui vont avec.
    Néanmoins, puisqu’il n’y a pas d’équipement à avoir en plus du prix du cours, je trouve que ce n’est pas forcément plus cher qu’un autre sport.
    Rappelez-vous, on pole en short et brassière. Pas besoin d’acheter de chaussures de sport, ou de raquette de tennis, ou vélo ou tout autre équipement.

 

Alors prête à poler?

Niangalement,

Léna

Ma routine capillaire 2017

Voilà, on m’a souvent demandé ma routine capillaire suite aux photos que je poste sur les réseaux sociaux.
Je sais que beaucoup se demandent quel est le secret pour faire pousser des cheveux dits « afros » de ma longueur.
A vrai dire, il n’y a pas de recette magique, pas de produits magiques, juste de bonnes habitudes à prendre le plus tôt possible et s’y tenir.

Routine capillaire

Dans cet article, je n’évoquerai pas spécifiquement les produits que j’utilise _ comme je l’ai fait dans premier article sur ma routine capillaire_pour la bonne et simple raison que ma routine ne tourne pas autour des produits ou de marques. Ce n’est pas un produit capillaire qui, à lui seul, va faire pousser vos cheveux.

Néanmoins, je posterai dans d’autres articles la liste des produits capillaires que j’utilise régulièrement.

Me concernant, je change assez souvent de produits capillaires. J’en teste certains, j’en abandonne d’autres… Bien sûr, il y a des produits qui sont des fondamentaux dans ma routine capillaire mais en général ce sont des produits bruts tels que le beurre de karité et l’huile de ricin; des exemples parmi tant d’autres.

Vous pouvez avoir une idée des produits que j’utilise dans cet article sur mes recettes capillaires.

J’ai établi ma routine capillaire sur une base d’un mois 4 semaines plus précisément et je répète les mêmes actions d’un mois à un autre.

Bien sûr, selon le temps dont je dispose, si je suis en déplacement (donc pas à la maison) ou pas, il peut y avoir des petites variantes.

La routine capillaire présentée ici est donc une trame, un plan que je m’efforce de suivre d’un mois à l’autre. C’est une routine capillaire qui met l’accent sur la pousse capillaire.

Ce que je fais tous les jours…

Le soir avant d’aller au lit, je masse mon cuir chevelu pendant 5 minutes avec une huile végétale de mon choix ou une recette personnelle à base de mélange d’huiles.

J’hydrate mes pointes avec un leave-in maison  et je scelle l’hydratation avec un beurre ou une huile.

Si je suis en mode pousse intensive des cheveux , j’utilise la baggy method avant de mettre mon foulard; c’est à dire je mets une charlotte en plastique autour de mes pointes, que je sécurise avec un élastique, avant de mettre le foulard.

Si je ne suis pas en mode pousse intensive des cheveux, après avoir hydraté et scellé mes pointes, je rassemble mes cheveux (en coiffure protectrice ou pas) en chignon haut et non serré et je mets un foulard en satin ou en soie.

Au lieu du chignon haut, on peut faire la pineapple method, c’est à dire en ananas. On rassemble juste ces cheveux sur le haut de la tête sans cacher les pointes.
J’utilise cette méthode quand je fais un wash and go par exemple ou que je porte une coiffure aux cheveux détachés et qui demande que les pointes soient libres.

Au petit matin, en général il n’y n’a pas grand chose à faire car en général je suis pressée et tout a été fait le soir avant d’aller au lit.

Donc après avoir enlevé mon foulard, pris ma douche et m’être maquillée, je défais juste le chignon fait pour la nuit et je fais ma coiffure de la journée: très souvent un chignon non serré.

 

Parfois, au besoin, j’applique mon leave-in maison dans mon spray juste sur les tempes et l’arrière de la chevelure (là où les cheveux forment parfois des petites boules … cheveux 4c obligent) et je brosse délicatement avec une brosse en poils de sangliers.

Puis, en prenant le petit-déjeûner, je prends mes vitamines: biotine et MSM
Je viens tout juste de reprendre de la biotine. J’avais arrêté car cela me donnait de l’acné. Le dosage était sans doute trop fort.

Ce que je fais dans le mois…

En plus de ce que je fais quotidiennement, je vous présente ci-dessous les soins que j’apporte à mes cheveux et à quelle fréquence.
Rien de sorcier, juste de la régularité.

Bien-entendu, j’écoute mes cheveux et selon leur état je peux effectuer une petite modification telle semaine ou repousser un soin à une autre semaine.

Semaine 1

  • Je défais ma coiffure protectrice: très souvent des vanilles, jamais d’extensions (ça tire trop sur mes tempes fragiles).
  • J’effectue un premier démêlage aux doigts.
  • Je partage mes cheveux en 4 sections minimum, je tresse les sections et fais mon shampooing ainsi.
  • J’effectue un soin avec une poudre ayurvédique. ( Mes poudres ayurvédiques ici)
  • Je rince le soin ayurvédique. Et si c’est un henné, j’enchaîne avec un soin hydratant. Et j’effectue un autre démêlage au doigt en appliquant le soin hydratant.
  • Dernier rinçage avec une rinçage maison (au thé ou vinaigre de cidre ou à l’hibiscus…)
  • Et je refais ma coiffure protectrice pour 2 semaines.

J’essaye de faire tout ceci le même jour, souvent en fin de semaine. Parfois, je fais cela sur 2 jours: je défait ma coiffure protectrice, je porte mes cheveux libres sur 1 jour ou 2 avant de faire les soins et puis de refaire la coiffure protectrice.

Semaine 2

Mes cheveux étant en coiffure protectrice, je ne fais pas de grand soin. Il m’arrive d’en faire un mais cela devient de plus en plus rare car en général hydrater mes cheveux suffit.
Mais en plus des petits soins que je fais au quotidien, je fais un shampooing sur coiffure protectrice une fois par semaine.
Après le shampooing, j’hydrate bien chaque vanille dans sa longueur et je scelle l’hydratation avec un beurre ou une huile.

Pour moi, il est important de se laver régulièrement les cheveux: au moins une fois par semaine. Je ne parle pas de cowash mais bien de shampooing.
C’est une base, un fondamental.
Bien sûr, j’utilise un shampooing doux, parfois un shampooing fait maison qui n’agresse pas mes cheveux.

Laver les cheveux régulièrement mais avec les produits adaptés et non agressifs, permet d’éviter la prolifération de bactéries et champignons en tout genre qui peuvent provoquer des démangeaisons ou freiner la pousse des cheveux.

Je fais donc un shampooing par semaine au minimum.

Semaine 3

Je choisis toujours un jour en fin de semaine pour faire mes soins. En tout cas, un moment où j’ai le temps pour moi.
J’essaye de faire en sorte de garder ma coiffure protectrice entre 10 et 15 jours car en dessous de 10 jours c’est trop de manipulation pour moi et au-delà de 15 jours mes cheveux commencent à se lockser.

Donc je fais exactement la même chose qu’en semaine 1 sauf que j’utilise cette fois-ci un soin aux protéines. Ainsi, je fais un soin aux protéines une fois par mois en gros.

  • Je défais ma coiffure protectrice
  • J’effectue un premier démêlage aux doigts
  • Je partage mes cheveux en 4 sections minimum, je tresse les sections et fais mon shampooing ainsi.
  • J’effectue un soin protéiné. Je fais un deuxième démêlage aux doigts en appliquant le soin.
  • Dernier rinçage avec une rinçage maison (au thé ou vinaigre de cidre ou à l’hibiscus…)
  • Et je refais ma coiffure protectrice pour 2 semaines.

Vous l’aurez sans doute remarqué, je ne fais que des démêlages aux doigts quand je suis en mode pousse des cheveux. Et ça peut durer des mois.
D’ailleurs, lors de mon précédent challenge pousse qui a duré 6 mois, c’est ce que j’ai fait.

Quand on démêle exclusivement avec les doigts, il faut avoir de la patience et le faire régulièrement.

Cette méthode m’a permis de garder du volume car avec les brosses et autres peignes (même à dents larges), j’avais tendance à trop tirer et donc casser mes cheveux.

Néanmoins, il va m’arriver d’utiliser la Tangle Teezer sur une petite section ou sur la moitié de ma longueur quand j’en ressens le besoin mais j’évite au maximum.

Semaine 4

Je fais exactement la même chose qu’en semaine 2.
À l’issue de la semaine 4, je reprends le cycle en semaine 1… ainsi de suite.

 

Mes conseils pour créer votre propre routine capillaire

1- Trouver l’inspiration.

Il est parfois difficile de partir de zéro. Donc pour commencer vous pouvez vous inspirer de routines capillaires de blogueuses ou youtubeuses que vous aimez bien et qui ont un type de cheveux similaire au vôtre.

Mais rapidement, il faudra personnaliser cette routine capillaire avec des produits qui vous conviennent mieux ou qui vous correspondent mieux notamment niveau budget.

2- Tenir un journal de bord

 

Prenez le temps de tenir, du moins au début, un journal de ce que vous faîtes à vos cheveux, de vos recettes, de la longueur de vos cheveux et des résultats obtenus.
Ca ne prend pas beaucoup de temps mais l’impact du journal de bord est très positif.
Il va vous permettre de vraiment vous rendre compte de ce qui fonctionne pour vos cheveux et de prendre conscience de vos résultats, notamment en terme de pousse capillaire.

3- Prenez des photos…

…parce qu’on oublie, pardi!
Car même si vous tenez un journal de bord pour dire que telle recette ou telle méthode a vraiment fait du bien à vos cheveux ou que votre wash and go était super ce jour là, ce ne sont que des mots… Une photo est plus parlante.
Plusieurs mois après, une photo vous permettra de réaliser le chemin parcouru et l’effet de votre routine capillaire.

Vous aurez tendance à changer de méthode ou de produits juste pour essayer. Donc prenez des photos pour éventuellement revenir à une routine capillaire que vous avez testée et qui était plus efficace sur vos cheveux.

4- Surveillez votre alimentation et votre activité physique

Lorsqu’il s’agit rétablir une routine capillaire, on pense aux produits et aux techniques que l’on va utiliser.

Mais il ne faut pas négliger l’alimentation qui joue un rôle primordial. Car si vous avez des carences à ce niveau, vous aurez beau tout faire vos cheveux ne seront pas au top de leur forme. Vous aurez beau utiliser des techniques ultra sophistiquées, acheter des produits qui coûtent un bras, ou deux, cela ne servira à rien.

Mangez varié et le plus souvent des produits qui n’ont subit aucune transformation industrielle… En gros mangez des fruits et des légumes au maximum.
On entend dire qu’il faut manger beaucoup de protéines animales comme des oeufs et de la viande pour favoriser la croissance des cheveux. Pas forcément. Il suffit d’avoir une alimentation variée.

Si vous avez un doute que votre alimentation ne soit pas assez variée, prenez des compléments alimentaires.
Sachez que les compléments les plus préconisés pour la pousse des cheveux est le MSM et la biotine.

Dans mon journal de bord, j’ai retrouvé un complément alimentaire qui avait vraiment bien fonctionné sur moi: c’est le Forcapil  d’Arkopharma.
Je compte d’ailleurs, reprendre une cure lorsque j’aurais fini les compléments alimentaires que je teste actuellement.

Forcapil

Sachez qu’enfin une activité physique permet une meilleure circulation du sang dans votre corps et donc un meilleure apport des nutriments au niveau du bulbe capillaire et donc une meilleure pousse des cheveux.

5-  Et soyez patientes

On ne cessera jamais de vous le dire.
Rome ne s’est pas faite en un jour.
Les cheveux ne prennent pas 10 cm en une journée, donc laissez leur le temps de pousser et de réagir aux soins que vous leur prodiguez.

Si après avoir établi et appliqué des mois durant une routine capillaire, vous ne voyez pas d’évolution dans la longueur de vos cheveux, cet article pourrait vous aider.

Visez avant tout des cheveux sains et en bonne santé. La longueur viendra naturellement.

Niangalement,

Léna

Mes résolutions capillaires pour 2014

WORK HARD, HAVE FUN!!



1- M’amuser encore plus avec mes cheveux

Comme souvent, je trouve que je ne m’amuse pas assez avec mes cheveux.
Les mois passent et je suis principalement plus dans le pratique que le plaisir.
Donc c’est décidé, cette année j’en profite, je varie les coiffures: lissages, tissages, twist out, braid out, afros, fro-hawk, coupe garçonne voire boule à zéro!


2- Donner une deuxième chance aux silicones

Je les avais complètement bannis de mon régime capillaire car ils ont tendance à assécher le cheveux et les étouffer. Mais à priori, les silicones ne sont pas nocifs pour la santé, alors pourquoi pas leur donner une 2ème chance d’autant plus que certains produits capillaires me tentent bien?

Néanmoins, cela fait depuis plusieurs années que je les avais bannis progressivement notamment parce que je suivais la Curly Girl Method. Ainsi, je ne peux pas sauter du coq à l’âne et utiliser toutes sortes de silicones.
Je dirai donc oui aux silicones solubles et semi-solubles dans l’eau. Ce sera toujours un grand non! aux silicones non solubles dans l’eau

 
SILICONES SOLUBLES DANS L’EAU


– Trideceth-12, Dimethicone Copolyo, Dimethicone copolyol/HWP, Hydroxypropyl, Polysiloxane, Lauryl methicone copolyol

– PEG /PPG-20/15 Dimethicone,  PEG-12 Dimethicone


SILICONES SEMI-SOLUBLES DANS L’EAU


– Amodimethicone, Behenoxy Dimethicone, Stearoxy Dimethicone

Amodiméthicone & Laureth-9, Amodiméthicone & C11-15 Pareth 7, Amodiméthicone & Trideceth-12, Amodiméthicone & Cetrinomium Chloride

SILICONES NON SOLUBLES DANS L’EAU


– Cetearyl methicone, Cetyl Dimethicone, Cyclomethicone, Cyclopentasiloxane, Dimethicone, Dimethiconol, Stearyl Dimethicone, Trimethylsilylamodimethicone
-Phenyl triméthicone
-Cyclotertrasiloxane
-Amodiméthicone, Amodiméthicone & isolaureth-6, Amodiméthicone & Glycerin, Amodiméthicone & Octoxynol-4.

– Dimethiconol  & TEA, Dimethicone & Laureth-4, Dimethicone & Laureth-23

– Bis-Aminopropyl Dimehicone


Ainsi, lisez la composition de vos produits et fuyez, autant faire ce peu, au moins les silicones non solubles dans l’eau. 
Comme le nom l’indique, vous ne pouvez pas les enlever de votre chevelure juste en vous rinçant les cheveux à l’eau. Il faut se lever tôt, enchaîner les shampooings (avec sulfate!), et ce, sur plusieurs semaines pour y venir à bout. 
Pourquoi un shampooing avec sulfate? Car seuls les sulfates permettent de dissoudre les silicones non solubles dans l’eau; et encore, il faut s’y reprendre à plusieurs reprises; sachant que les sulfates assèchent le cheveux! 
Bref, voici de bonnes raisons pour éviter les silicones non solubles dans l’eau.

Concernant les silicones semi-solubles dans l’eau, ils sont intermédiaires et tout de même difficile à enlever. Ceux là si on peut les éviter c’est bien aussi car il faudra parfois un (seul) shampooing avec sulfate pour les enlever de la chevelure.

Et les silicones solubles dans l’eau, vous l’aurez compris, s’éliminent avec un simple passage sous le jet d’eau, avec un shampooing sans sulfates ou un no poo.

Au besoin, je complèterais cette liste que j’ai depuis un certain nombre d’année déjà. Et si vous avez un doute sur un composant, cherchez sur le net ou demandez moi!


3- Utiliser la chaleur…

 en toute en sécurité bien sûr!
C’est à dire en utilisant des sérums thermoprotecteurs, en mettant les instruments chauffants sur une chaleur modérée, en tenant loin le sèche-cheveux de la chevelure ou avec un seul passage de plaque.

Pourquoi avoir recours à la chaleur au risque d’abîmer ma chevelure? 
Parce qu’en éliminant les appareils chauffant de mon régime capillaire, je me suis refusé un certain nombre de coiffures, de styles que je trouve sympa.
De toute façon, bannir tous ces appareils ne pouvait être que temporaire pour moi car il faut parfois se faire plaisir.
Alors, oui, cette année, j’aurai recours un peu plus souvent aux appareils chauffant, sans pour autant me cramer les cheveux.
Et quand je dis « souvent », je parle d’une fois par mois maximum contre 1 fois par an depuis de nombreuses années.


4- Faire plus d’achats plaisir

Ce qui va dans le sens de plus s’amuser avec ses cheveux et en profiter.

Etant donné que je m’autorise maintenant les silicones solubles et semi solubles dans l’eau, cela ouvre l’éventail des possibilités en terme de produits capillaires, que je ne vais pas seulement testé en une seule fois mais pourquoi pas adopter pour beaucoup plus longtemps.
Cette année, je m’autorise beaucoup d’achats coup de coeur, quelque soit le prix!


5- Faire des soins, des soins et des soins!

Less is more, KISS (keep It Short and Simple) certes mais le contraire n’est pas bon non plus.


En 2013, je pouvais rester parfois 2 semaines, voire plus, sans faire le moindre soin. 
Souvent, je faisais au moins un no poo mais il est arrivée de passer 2 semaines sans toucher à mes cheveux sauf pour refaire un chignon. Ce qui n’est pas bon car mes cheveux crépus demandent une certaine attention du fait de leur nature sèche. Donc un soin hydratant une fois par semaine et une crème hydratante tous les jours ou tous les 2 jours est un minimum pour moi maintenant.


6- Retourner chez le coiffeur

C’est une vraie résolution!
Car en règle générale, je m’occupe de ma tête toute seule car je n’ai plus confiance dans les coiffeurs du fait de nombreuses expériences négatives. 
Beaucoup de salons, que j’ai fréquenté par le passé, ne savaient tout simplement pas s’occuper de ma chevelure crépue… même les salons dits afros.
A chaque fois, les coiffeurs voulaient me lisser les cheveux comme préalable à n’importe quelle coiffure. J’étais mieux servie par moi-même. Et je le pense toujours.
Mais j’ai tout de même décidé de renouer avec les salons de coiffures, notamment pour faire des lissages à l’occasion ou des tissages, même si je sais faire ça toute seule à la maison. Mais c’est bien de se faire aider ou bichonner tout simplement.

En ce mois de janvier 2014, j’ai déjà commencé… à moitié!
Je suis allée en salon de coiffure pour me faire poser mon tissage, juste poser. J’ai fait la base (les nattes collées sur le crâne) à la maison tranquille et la coiffeuse a fait le plus dur: la pose mais surtout la closure, très importante. Je ne fait pas aussi bien toute seule.

Pourquoi j’ai fait les nattes moi-même?
Simplement pour éviter qu’on lisse mes cheveux crépus avant de faire les nattes. Et souvent avec ma longueur (BSL) non lissée, les coiffeuses s’emmêlent les doigts avec mes cheveux quand elles nattent et tirent affreusement sur mes longueur pour se dépêtrer de là. Je ne vous parle même pas quand elles passent le peigne fin dans mon BSL crépu, shrinké ou pas!!
C’est du au type de nattes (collées) et au fait qu’elles n’ont pas la patience de faire autrement que ça peut devenir un vrai calvaire pour moi. Moi à la maison, j’ai la patience car ce sont MES cheveux!
La pose du tissage est plus douce et le faire par autrui me convient amplement et me repose assez. J’aime!


7- Tenir mes nouveaux objectifs

Lupita Nyong’o



Cela se résume à ce que je souhaite à mes cheveux cette année:


  1. Rester sains: pas fourchus, pas cassants… sain comme en 2013. Je reste sur cette lancée. Mais le risque est que leur santé se modifie car comme écrit précédemment je redonne une deuxième chance aux silicones et aux instruments à chaleur. La difficulté sera donc de faire des soins plus adaptés à ce nouveau régime capillaire qui inclus désormais silicones et chaleur.
  2. Gagner en volume: c’est toujours un objectif pour moi et comme pour beaucoup de nappies. Ca aide d’avoir du volume pour beaucoup de styles.
  3. Gagner en longueur: cela vient en 3ème position car ce n’est pas le plus important. D’autant plus que j’hésite vraiment à me raser complètement la tête cette année car avoir des cheveux courts me manquent un peu. Et quand je vois l’actrice Lupita Nyong’o, je suis encore plus motivée: Short (hair) is beautiful! En attendant de prendre ma décision, je vais laisser cette idée mûrir dans mon cerveau et lancer tout de même un Hair Growth Challenge bientôt, en espérant que vous le ferez avec moi.

    SHORT HAIR IS BEAUTIFUL!


J’aime bien le chiffre 7, donc je m’arrête là pour les résolutions. 

Et puis, 7 résolutions c’est déjà assez, sachant qu’il est souvent difficile de suivre ses résolutions.

Niangalement,

xoxo.


Et vous, quels sont vos hair resolutions pour 2014?

Vous me suivriez dans un hair  growth challenge prochainement?

Gamme de Soins Capillaires Kalavy

KALAVY est une nouvelle marque française de produits capillaires
pour les femmes ayant les cheveux secs et/ou abîmés.
– article sponsorisé-

 

La première gamme de produits capillaires Kalavy a été lancé cette année en 2013.
En bonne testeuse, je me suis intéressée à ces produits.

Le point positif pour moi est que ces produits ne contiennent ni parabène, ni sulfate.
Il est important de noter, pour celles dont la précision est importante, qu’ils contiennent des silicones.


Le shampooing

À savoir que tous les produits de cette gamme ont pour parfum (artificiel) l’odeur de la noix de coco. Mais ils contiennent également de l’huile de coco (cocos nucifera oil). On retrouve souvent cette odeur dans les cosmétiques dits « afros ». C’est un bon classique qui raviront les fans de noix de coco.
 
C’est un shampooing classique, assez efficace pour la tâche qui lui incombe. Il élimine la moindre saleté du cuir chevelu. Vous pouvez gratter votre crâne après le shampooing, vous n’aurez rien sous l’ongle.
 
La seule chose que je lui reproche, comme à beaucoup de shampooing, c’est de laisser les cheveux un peu secs immédiatement après avoir rincé la chevelure. C’est juste une sensation au toucher mais qui donne envie d’appliquer, de suite, une bonne crème hydratante.

Prix: 14,90 euros

L’après-shampooing

C’est un après-shampooing très liquide. ce qui n’est pas pour me plaire du tout.
En effet, j’ai une grande préférence pour les après shampooing assez épais, lourd; et que je peux diluer au besoin. Du coup, je ne l’ai pas utilisé vraiment comme après-shampooing.
Ainsi, je ne le trouve pas démentiel d’autant plus pour moi, un bon après-shampooing est avant tout un bon démêlant. Or, avec ce produit, pour le côté démêlant, il faudra repasser.

En revanche, il m’a semblé correct comme leave-in (l’équivalent d’une crème hydratante pour cheveux) après une séance de shampooing+démêlage.
Néanmoins, il n’est pas très recommandé de l’utiliser ainsi puisqu’au dos du flacon, il est bien précisé qu’il faut le rincer abondamment. Mais bon, entre la théorie et la pratique…
Et je ne suis pas la première nappy à utiliser un après-shampooing comme leave-in.
Prix: 15,90 euros

Le spray hydratant

Je ne suis pas très spray hydratant. Je leur préfère largement les crèmes hydratantes, même pour rafraîchir des vanilles par exemple.

Le meilleur spray hydratant pour moi c’est l’eau. Rien de tel que son flacon rempli d’eau et éventuellement de ces huiles préférés et quelques gouttes d’huiles essentielles comme spray capillaire.
Ainsi, j’ai testé ce spray à la place de mon spray maison. Il est aussi tout à fait correct car hydrate avec l’eau qu’il contient et fait briller la chevelure notamment grâce à l’huile de coco, de ricin et de monoï.

Mais je dois avouer que je préfère mon spray maison qui contient mes ingrédients naturels et fétiches, et qui est sans autre produit chimique.
Pour celles qui ne sont pas adeptes du « tout faire soi-même », ce produit est quand même une bonne alternative.

À utiliser dès qu’on a besoin d’humidifier ses cheveux sans passer la tête sous le pommeau de douche ou bien d’hydrater ses cheveux à l’eau sans les mouiller complètement.
Prix: 14,90 euros

Pour plus d’informations sur ces produits et savoir où les acheter, vous pouvez aller sur le site internet de la marque Kalavy. Vous aurez aussi la composition de chacun de leur produit. Je trouve ça très bien qu’ils fassent preuve de transparence vis-à-vis des compositions. Toutes les marques devraient le faire.

Niangalement,

Léna

Pré-résultats du concours Chi

Il y a eu peu de participantes _ sans doute du fait de mon absence dernièrement des réseaux sociaux pour faire vivre ce concours_ mais des participantes de qualité, si vous me permettez que je m’exprime ainsi.

J’ai présélectionné 2 belles concurrentes qui méritent toutes deux d’être publiées.
Aidez moi à choisir!

Votre préférée recevra le premier prix comme promis ici.

La seconde ne sera pas en reste car elle recevra également un lot de consolation, de la gamme CHI, que je déterminerai plus tard mais dont la valeur sera inférieure au premier prix bien sûr.

 

En somme, voici nos 2 gagnantes du concours CHI

 

AUDE
ESSÉ

Pour voter pour votre préférée, rien de plus simple: laissez un commentaire en bas de cette page sans oublier de laisser votre nom (ou pseudo) et votre ville. En bref, pas de message totalement anonyme!

Fin des votes le mardi 29 octobre à 23h59.

À vos claviers!!

xoxo

Edit du 6 novembre: 
 
Finalement, c’est un tirage au sort, effectué par les mains douces et innocentes de Doudou, qui a désigné Essé comme la grande gagnante! FELICITATIONS!!
 
Aude n’est pas en reste non plus car elle recevra un produit de la gamme CHI également.
 
Niangalement,
 
xoxo.

Concours Chi

PETIT CONCOURS DE LA RENTRÉE!!!
À GAGNER:
Produits petit format
Voici à titre indicatif la contenance et la valeur de chaque produit quand vendu séparément:
INFRA TEXTURE, 50g: valeur 10 euros
IRON GUARD, 59ml: 10 euros
SILK INFUSION, 50ml: valeur 21 euros

En ce qui me concerne, j’ai eu ces produits lors de l’un de mes nombreux voyages au Etats-Unis.
Je les avais eu sous forme de lot et donc acheté à un tarif plus intéressant, de mémoire.
Les tarifs donnés plus hauts sont ceux que vous pourrez trouver en France sur internet.
Rappelez-vous!
J’avais utilisé cette gamme de produits pour mon dernier lissage que j’ai présenté dans l’article suivant:
Mes produits utilisés étaient les suivants:
Produits grand format que j’utilise. Ils ne sont pas à gagner.
Je vous avais déjà parlé du produit phare de cette gamme qui est le Silk Infusion dont tout le monde, ou presque, raffole.
Je vous propose donc de le gagner avec:
L’Infra Texture qui est un spray de stylisme et de finition.
il permet une tenue durables des styles lisses tout en protégeant les cheveux contre l’humidité.
Il s’utilise autant sur cheveux mouillés que sur cheveux lisses.
ET
L’Iron Guard qui, comme son nom l’indique, est un spray protecteur thermique quand vous utilisez vos pinces céramiques. Il s’utilise sur cheveux secs et est sans parabène.
ATTENTION!
Les produits que je vous propose de gagner sont des petits formats, pas des échantillons, mais pourront vous êtres utiles pour plusieurs lissages.
Qui peut participer?
Ce concours est ouvert à toutes et à tous! En France métropolitaine mais aussi Martinique, Guadeloupe et Europe.
Comment participer?
Thème du concours: Vous et vos cheveux lisses
Envoyez moi une photo de votre tentative de lissage, réussi ou pas, cheveux lisses ou partiellement étirés à l’adresse ci-dessous:
nianga@lenasbeautips.com
Celle ou celui qui m’enverra la plus belle photo sera publié et recevra chez elle/lui le lot de produits CHI à gagner.
Date limite de participation
Dimanche 20 octobre à minuit.
Bonnes chances!!

 

LA Gamme Ultra Doux de Garnier à L’Aloé véra et Beurre de karité

– article sponsorisé-
 
La famille Ultra Doux de Garnier s’est agrandi avec un rituel de soins sur mesure pour les cheveux crépus ou défrisés.

Bien sûr! J’ai testé pour vous!

 

Bon, je suis un peu en retard…
Cette gamme est sortie en mai 2013 donc vous avez sûrement déjà eu l’occasion de la tester.
Si ce n’est pas le cas, voici ce qui pourrait vous aider à faire votre choix.

 
LA MARQUE
Tout d’abord, je dois vous dire que de manière générale, la gamme Ultra Doux de Garnier est une des première voire LA première que les nappies de France ont utilisé pour prendre soin de leur cheveux.
En effet, rares étaient les marques qui proposaient en grande surface (donc très accessible) des après-shampooings tout simplement. Et vous savez à quel point l’après-shampooing est INDISPENSABLE à toutes nappies.
Ainsi, pas étonnant que la gamme Ultra Doux est la n°2 des capillaires en France et qui se veut à l’écoute de plus de 3 millions de femmes afro-caribéennes! Oui, nous sommes nombreuses et surtout nous dépensons beaucoup plus que nos autres compatriotes françaises.
Les anciennes se souviendront sûrement de l’après-shampooing à l’huile de noix et feuille de pêcher! J’tais également fan de ce produit. Une bombe à l’époque. Eh oui, il fut un temps_ que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître _ où toutes les nappies ne juraient que par cette après-shampooing.
Vous me trouvez un tantinet soit peu nostalgique?
Vous avez raison!
C’est donc avec une certaine petite émotion que je suis retournée aux origines et que j’ai testé  cette gamme que j’avais délaissée il y a fort longtemps.
Avant tout, je veux saluer les efforts de Garnier de vouloir s’adresser à la communauté afro-caribééenne. Je ne remercierais jamais assez les marques de s’intéresser à nos cheveux, à nos problématiques. Bien sûr, elles ne font pas cela de bonté de coeur. On sent bien la démarche commerciale derrière cela mais nous avons été délaissés depuis de trop nombreuses années que cet intérêt fait plaisir à voir.
LA GAMME, SES INGRÉDIENTS ET MON TEST
 
Pour commencer, dans l’ensemble j’aime le packaging. Propre aux autres produits de la marque Ultra Doux de Garnier. Pour le reste, l’odeur de la gamme est agréable et les textures sont onctueuses.
Le gros points négatif de la marque et non des moindres, réside dans la liste des ingrédients.
Certes, nous sommes  ici sur des produits sans parabène, sans silicone… mais, ils contiennent sulfates et paraffinum liquidium.
Le paraffinum liquidium (mineral oil), un produit pas cher, dérivé du pétrole, est sans bénéfice pour les cheveux mais il permet de diminuer les coûts de revient.
D’où en générale, un produit pas cher et de grande consommation, idéal pour la vente en supermarché par exemple.
 
Le shampooing Crème Riche
Je l’ai utilisé comme un shampooing classique.
 
Les résultats:
Le shampooing fait son boulot de shampooing. C’est déjà ça.
Juste après avoir rincé le shampooing, mes boucles sont définies. En revanche, je n’ai pas forcément l’impression que mes cheveux sont hydratés comme cela peut être le cas avec le shampooing Crème of Nature par exemple.
Une petite sensation de « sécheresse » apparaît lorsque que les cheveux commencent à sécher sans aucun autre produit dans les cheveux.
Flacon 250ml
2,80 euros environ
Le masque réparateur Surgras
Je l’applique aussitôt après le shampooing en le laissant reposer, comme tout masque, au minimum 20 min selon moi.
L’idéal est de le faire chauffer une fois appliqué sur la chevelure sous le casque. Si on n’a pas de casque, on met une charlotte en plastique et on le laisse poser le plus longtemps possible. La chaleur du corps suffit à faire chauffer un peu le produit pour qu’il pénètre la fibre capillaire.
 
Les résultats:
Après rinçage du masque, mes cheveux sont souples et les boucles sont définies.
Néanmoins, en les laissant les cheveux tels quels sans autre produits de finition les cheveux après séchage sont secs.
 
Pot 400ml
6,30 euros environ
L’Après-Shampooing Crème Riche
L’utilisation de l’après-shampooing précédé du masque réparateur surgras fait un peu redondance car l’effet de l’après-shampooing est un peu masqué, si vous me permettez l’expression, par le masque en lui même.
Car qui peut le plus peut le moins!
Et le masque lui, peut plus que l’après-shampooing.
En clair, le masque c’est comme l’après-shampooing en beaucoup plus concentré. Donc si vous avez déjà fait le masque, selon moi, pas la peine d’appliquer l’après-shampooing par la suite. Le masque se suffit à lui-même.
En revanche, si vous n’avez pas le temps, ou pas besoin de faire la masque, l’après-shamppoing vous donnera entière satisfaction et les résultats seront visiblement les mêmes.
De plus, l’après-shampooing est assez efficace pour le démêlage, surtout avec ma tangle teezer que je ne quitte plus.
Les résultats:
Les cheveux sont souples et les boucles se définissent. En revanche, les cheveux ne seront pas nourris en profondeur et les effets de l’après-shampooing dureront moins longtemps que ceux du masque.
Flacon 200ml
2,80 euros environ
 
La Crème de Jour Ultra Riche
 
La texture est aussi onctueuse mais avouons le, un peu collante.
On peut et on doit selon moi terminer ce long processus (shampooing, masque ou après-shampooing…) par cette crème. C’est le leave-in!
Pour toutes celles qui ont la peau a tendance sèche, vous imaginez-vous sortir de la douche sans crème hydratante pour le corps? Non?! Et bien pour les cheveux c’est pareil!
Les résultats:
A l’application, les cheveux sont hydratés, souples et les boucles sont définies.
L’hydratation semble durer environ 2h avant de s’évanouir. Après cela, les cheveux redeviennent secs et c’est dommage.
Il faudrait appliquer la crème plusieurs fois dans la journée, ce qui ne colle pas avec une journée de boulot en dehors de chez soi. De toute façon, même en restant à la maison, on ne se voit pas passer son temps à s’occuper de ses cheveux et mettre de la crème plusieurs fois dans la journée.
Flacon 300ml
6,30 euros environ
MON VERDICT FINAL
 
Vous savez à quel point j’accorde de l’importance à ce que je mets sur mes cheveux avant même de chercher les résultats.
Les résultats de cette gamme capillaire sont corrects contenu du prix auquel sont vendus les produits: bon rapport qualité prix tout de même.
Néanmoins, si vous voulez de l’aloe vera et du beurre de karité avec cette gamme, vous serez déçue!

 

Par exemple, pour la crème de jour, l’aloe vera arrive en 10ème position dans la composition et le beurre de karité en 13ème position. Autant dire que ce n’est pas des traces de beurre de karité que vous allez trouver dans le produit mais presque.
L’ingrédient principale de cette crème est l’eau comme souvent (meilleure hydratant!), puis le paraffinum liquidium en 3ème position et de l’huile de macadamia en 4ème position, ce qui est honorable.
Je pense que cette gamme est bien quand on commence l’aventure du naturel et surtout qu’on n’a pas les moyens de dépenser une fortune en shampooing et après-shampooing à 20 euros l’unité.
Les expertes connaissent bien les différentes marques qui pratiquent ces prix et souvent de manière justifiée.
Ensuite, cette gamme à été testé sur cheveux naturels, les résultats sont peut-être différents sur cheveux défrisés.
La gamme Ultra Doux de Garnier est globalement économique ( pour cheveux courts à mi-long) mais la qualité de la composition s’en ressent un peu malgré les efforts de la marque pour faire du sans silicone et sans parabène.
On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière!…
Sauf si vous avez de l’argent à mettre dans des produits de meilleure qualité ou si vous faîtes vos produits vous-même!  Car on n’est jamais mieux servi que par soi-même!
Niangalement,
Léna
 

La Gamme de Soins capillaires Aménaïde

POUR LES FEMMES AU BORD DE LA CRISE DE CHEVEUX!
-article sponsorisé-
 
C’est ainsi que la marque présente sa gamme.
 J’ai eu l’occasion de la tester notamment exclusivement pendant 2 semaines en conditions extrêmes pour mes cheveux: au Cap Vert.
Chaleur forte, vent, peu d’humidité, sable et eau de mer: l’horreur pour les cheveux.
 
 
 
Pour mes cheveux, j’avais envie de neuf! Je voulais leur offrir une gamme capillaire nouvelle car un peu marre de toutes celles qu’on voit sur le marché, essentiellement américaines, par lesquelles toutes (ou presque toutes) les nappies de France et de Navarre jurent.
 
En m’intéressant au Salon Boucles d’Ébène, j’ai commencé par faire des recherches sur le net sur la marque Aménaïde qui m’a attirée par son côté naturel.
 
Puis, sur le salon, je tombe sur le stand et me dis « tiens, allons essayer ».
C’est la créatrice elle-même, Stéphanie  Rénier-Desquin, qui me renseigne.


LA MARQUE
 
Stéphanie Rénier-desquin au Salon Boucles d’Ebène 2013

« Aménaïde est née un jour de crise capillaire, 
un jour où je ne supportais plus mes cheveux abîmés, ternes, secs, cassants.
Ce matin là, sans réfléchir, j’ai saisi d’une main une paire de ciseaux, de l’autre une mèche de cheveux, et je suis passée à l’acte : j’ai tout coupé.
… Vraiment tout.
À ce moment précis, un peu déboussolée par mon geste, j’ai repensé à la longue chevelure soyeuse et brillante de mon aïeule, qui réalisait elle-même ses recettes de beauté avec les plantes de son jardin.
(…)
Aménaïde est le prénom de mon aïeule, à qui je dédie cette gamme. » Stéphanie  Rénier-Desquin

 
L’histoire de Stéphanie est celle de nombreuses d’entre nous qui avions marre des cheveux défrisés et secs en permanence; et qui avions besoin de soins plus adaptés et naturels.
 
C’est aux Antilles, dont elle est originaire, que Stéphanie a tiré les recettes de cette gamme à base d’ingrédients naturels et bien-entendu, sans silicone, sans sulfate, sans parabène, sans huile minérale ni PEG.
 
Faire ces soins dans sa cuisine est une chose, les mettre au point en laboratoire en est une autre!
C’est ainsi qu’après de nombreux mois d’élaboration, la marque est lancé en septembre 2012. 
Elle fêtera donc bientôt sa première année d’existence. Happy Birthday!!
 
 
 
LA GAMME ET SES INGRÉDIENTS
 
Elle est volontairement courte et se compose de 4 soins capillaires aux looks colorés et aux noms originaux.
 
Le Shampooing Bichonnant
 


« La texture ultra-crémeuse de ce shampooing en fait l’allié indispensable des cheveux fragilisés. Son secret : 10% de miel couplé à de l’aloe vera pour la nutrition, de la cannelle pour le tonus, de l’huile d’amande douce pour la protection et la brillance. Les cheveux retrouvent pep’s, beauté et douceur au toucher. 
Contenance : 200 ml / 50 ml 
Prix : 16€ / 6€

La crème Virevoltante

 

 

« Synergie d’aloe vera, cannelle, huiles de jojoba et de Palma Christi, cette crème fondante nourrit, gaine et protège la fibre fragilisée, sans l’alourdir. Multifonctions, elle s’utilise en crème de jour, en soin pour les fourches ou en masque de soin intensif.
Les boucles gagnent en ressort, les baguettes sont lissées. Les cheveux sont protégés des agressions extérieures. Ils n’ont jamais été aussi brillants, énergi- ques… plein de vie. »
Contenance : 200 ml / 50 ml
Prix : 18€ / 7€ 

 

 

L’après-Shampooing Dorlotant
 
« Gorgé d’huile d’avocat, de jojoba et de Palma Christi, enrichi en beurre de cupuaçu, cet après-shampooing apporte au cheveu fragilisé tous les nutriments dont il a besoin pour se régénérer : vitamines A et E, acides gras, omégas 3 et 6…
Il ne fait rien comme les autres : à utiliser de manière conventionnelle ou à la place du shampooing, il gaine les cheveux de douceur et de brillance. »

 

Contenance : 200 ml/ 50 ml
Prix : 17€ / 6,5€ 



 

Le Gommage Bouleversant
 
« Constellé de grains de sucre de canne, de poudre d’amande et de cannelle dans un bain d’huile de Palma Christi, ce gommage gourmand élimine en un seul geste cellules mortes, sébum et résidus de produits coiffants.
Le cuir chevelu est assaini, stimulé, réoxygéné. Le passage des nutriments de la microcirculation vers le bulbe pilaire se fait plus aisément. Les cheveux gagnent en vitalité, en volume. »

 

Contenance : 200 ml / 50 ml
Prix : 24€ / 8€ 

 

 
 
 
LE CONCEPT
 
En plus de ces produits, quelque soit votre type de cheveux, la marque vous propose, sur son site internet, un diagnostic capillaire simple et rapide qui permet par la suite de vous accompagner dans l’utilisation de ces produits.
C’est ainsi qu’il existe 5 rituels en fonction de la nature de votre racine (grasse, normale ou sèche) et de votre fibre capillaire (normale, sèche et/ou dénaturée ou fragile).
Ces rituels sont comme des ordonnances dont les médicaments sont les 4 soins, avec une posologie différentes en fonction de l’état de vos cheveux.
Vous pouvez retrouver ces rituels sur www.amenaide.com, rubrique Diagnostic Capillaire
 
 
 
J’AI TESTÉ
 
Cet article serait quasi inutile si je ne l’avais pas testé. C’est le plus important.
Comme je l’ai écrit au tout début, j’ai testé tous leurs produits lors mes vacances au Cap Vert fin juin/début juillet.
Le temps y était parfait pour les vacances mais horrible pour les cheveux: une chaleur au soleil proche des 40° parfois, un vent qui sèche les cheveux en 5 min chrono, peu d’humidité pour soulager mes boucles, du sable, et le sel de mer dans les cheveux même quand on ne se baigne pas.
 
Gamme Aménaïde,  plage de Santa Maria, Ile de Sal, Cap Vert.
L’odeur
Concernant l’odeur des produits, il n’y a rien à redire. Ils sentent bon le naturel.
J’avoue que j’ai un faible pour l’odeur du gommage qui sent le sucre/ le caramel et celle de la crème virevoltante que j’utilise très souvent.
La texture
Les textures sont agréables. Même celle du gommage dont le sucre fond facilement lors de l’utilisation.
Le shampooing a un peu la texture d’une crème. D’ailleurs, il ne mousse pas excessivement, ce qui pourrait surprendre celles qui ont l’habitude de shampooing qui en font des tonnes.
L’après-shampooing a également une texture de crème. Le petit flacon peut sembler peu suffisant mais au contact de l’eau, il se dilue facilement et se suffit à lui-même.
La crème virevoltante est quasi-parfaite! Elle laisse néanmoins sur les mains une légère sensation huileuse. Ce qui est sans doute dû justement aux huiles qu’elle contient.
L’efficacité
Le shampooing peut paraître un peu trop doux et donc pas très efficace pour ceux et celles qui ont l’habitude des shampooings contenant des sulfates qui, eux, dégomment tout sur leur passage. C’est le cas de mon chéri qui me l’a piqué pendant nos vacances (car il en avait urgemment besoin mais pas n’en avait pas sous le coude ) et l’a trouvé peu efficace sur chez ses cheveux (mi-longs de type 2b)… après une grosse journée à suer.
Pour les miens, c’était parfait: un shampooing tout doux qui ne dessèche ni ma chevelure ni mon cuir chevelu, moi j’aime!
Concernant l‘après-shampooing, je dois avouer que je connais mieux. Pour moi, l’après-shampooing doit aussi être démêlant ou du moins glisser sur mes cheveux. Ce ne fut pas le cas.
Il faut reconnaitre que je l’ai appliqué comme à mon habitude, sur cheveux mouillés, sans suivre  particulièrement les recommandations des rituels.
Le gommage, utilisé une seule fois pour le moment, est parfait. Il fait bien son boulot.
Et quant à la crème virevoltante, que je possède aussi en format 200ml, c’est une bombe! Je l’adore.
Je l’appliquais tous les 2 jours après avoir humidifié mes cheveux avec de l’eau ou un mélange eau+ aloé vera. Sensation d’hydratation immédiate et qui dure longtemps! Les cheveux deviennent souples et malléables à merci.
Cela fait depuis 1 mois que je l’utilise beaucoup et j’en suis satisfaite.
C’est la nouveauté que je cherchais pour mes cheveux. Une « crème de jour » hydratante pour cheveux.
Cette crème me permettait de lâcher mes cheveux sans craindre le vent, ni le soleil, ni le sable, ni le sel de mer. Ils restaient souples et hydratés.
Jugez-en vous-même!
Bon, de base et avec le vent, ils n’avaient pas une forme particulière.
Et pour moi, la crème est plus un soin hydratant qu’une crème pour définir les boucles… d’où quelques les frisottis.

 

Le rapport qualité/prix
Vous connaissez sûrement des produits moins chers.
Mais en toute sincérité, même les petits formats durent assez longtemps, même sur des cheveux de mi-longs comme les miens. Ils ont été utilisés pendant plus de 2 semaines en vacances et il me reste encore du produit dans chacun des flacons; même la crème virevoltante dont j’ai abusé.
De petites quantités sur cheveux mouillés ou humidifiés suffisent largement.
Et puis, la qualité est là, à tous les niveaux.
Perso, je préfère acheter ces produits Made in France by une française et dont la qualité n’a rien à envier aux produits américains; qui soit dit en passant et sans citer de marques, ont souvent un prix exorbitant.
Mon Avis
J’ai acheté de moi-même et à mes frais le tube de 200ml de crème virevoltante.
Par la suite, la marque m’a proposé (donc offert) d’essayer le reste de la gamme complète en petit format. A la base, ce n’est pas sa politique de le faire car c’est une marque toute jeune et qui ne veut pas d’avis biaisés.
Mais je peux vous dire que c’est un avis sincère quand je vous dis que je recommande cette gamme que j’utilise au quotidien en ce moment et que je compte utiliser encore longtemps.
Niangalement,
xoxo!
 
 
 

Comment se débarrasser de l’acnée chez l’adulte



Faites le test: arrêtez le lait pendant un certain temps,
voyez les résultats.
Cela va en étonner certaines mais il paraît que 75% de la population mondiale est intolérante au lait.
Ca, c’est ce que j’ai découvert il y a quelques années suite à mes questionnements.
Adolescente, j’ai eu de l’acné comme beaucoup. Pas très glamour! Je sais.
Malheureusement pour moi cela s’est poursuivi un peu plus longtemps que les autres.
Pourtant, j’avais une hygiène de vie quasi impeccable. Je ne comprenais pas d’où cela pouvait venir.
J’avais déjà adopté une routine du visage irréprochable: nettoyage du visage matin et soir, ne pas manger trop gras, pas trop sucré…
Ayant épuisé les remèdes de ce côté là, j’ai utilisé les solutions des dermatologues, en vain.
Je n’arrivais pas à m’en débarrasser.

Je n’ai jamais été fan des produits laitiers. Néanmoins, je me contraignais à en consommer pour le calcium essentiellement.
À une période de ma vie, je consommais même beaucoup plus de produits laitiers qu’à mon habitude (matin, midi et soir); puis me lassant beaucoup moins; puis beaucoup plus, ainsi de suite. Je remarquais que mon acné empirait les périodes où je consommais beaucoup de lait.
J’ai donc poursuivis ce mode de consommation du lait sous forme de test. Les résultats m’ont choqués: je découvrais mon intolérance au lait!
J’ai trouvé ça bizarre donc je suis allée sur internet pour savoir s’il y avait d’autres cas comme moi.
Et bingo! Beaucoup de femmes étaient dans mon cas.
A priori, rien n’est prouvé scientifiquement. Il paraît que les lobbis du lait mettent la pression pour que cela reste ainsi.
Vous trouverez beaucoup d’articles sur internet expliquant pourquoi le lait (de vache en particulier) est mauvais pour la santé de manière générale. Il ne provoquerait pas que de l’acné.
Ma préparatrice en herboristerie m’a même dit que le « lait est un poison » pour l’être humain. On le tolère bébé et encore, mais adulte il ne faut surtout pas en consommer.
Pour en savoir plus, lisez cet article de l’Express ou ce blog.
Le lait de vache ne contient pas que du calcium; mais aussi des graisses, du cholestérol, des antibiotiques, des bactéries… et des tas hormones! Il contient des doses faite à la base pour nourrir et protéger un veau!…

Mon intolérance au lait s’exprime par de l’acné plus ou moins forte selon la quantité que je consomme.
Dans mon cas, cela ne fait aucun doute. La différence est flagrante!
Je consomme très peu, voire pas du tout, de produits laitiers et ma peau reste impeccable.
Il m’arrive d’avoir de petites imperfections comme toutes, mais pas d’acné comme avant ma découverte!

Maquillée certes mais pas d’acné!
Pour mon calcium, je prends des compléments alimentaires achetés en pharmacie, des eaux minérales ainsi que du lait de soja enrichi et/ou aromatisé. Bref, le calcium ne se trouve pas seulement dans le lait.
Sur la bouteille de Contrex, Ca=calcium

En bonne normande, il m’arrive néanmoins de consommer du camembert par exemple. Mais je fais attention à la quantité total de produits laitiers que je consomme par semaine.

Si vous avez des petits soucis d’imperfections dont vous avez beaucoup de mal à vous débarrasser, faîtes le test d’arrêter tous produits laitiers sur 2 semaines au moins. Observez la différence. Cela ne coûte rien.

xoxo


Êtes-vous aussi dans le même cas? Vous avez fait le test? Partagez vos résultats en laissant un commentaire…

2ÈME ROUND pour EHTNICIA ROUEN, HapsatouSy



Nouveau test pour le salon HapsatouSy (anciennement Ethnicia) à Rouen.

Ma soeur et une de ses amies, Larissa, ont voulu chouchouter leur belle chevelure et faire une couleur.
Toutes deux naturelles, mais avec des textures de cheveux complètement différentes.


Larissa: 
Naturellement, elle a les cheveux lisses, châtain foncés et épais. Elle avait fait des mèches blondes il y a plus d’un an.  Elle était donc à la mode avec un tie and dye sans le vouloir. 

Elle voulait: 
– Faire une coupe de cheveux car elle en avait marre de sa longueur qui lui allonge encore plus le visage qu’elle a déjà fin et allongé.
– une couleur, histoire de changer de tête mais pas trop non plus.

Elle a opté pour:
– un carré long
– et un marron cuivré


Nanye:
Souvenez-vous (ici); lors de la première visite à Ethnicia, elle avait décidé de faire son big chop et une couleur rouge bordeaux. A savoir que sa couleur s’est accentuée par la suite, devenant beaucoup plus visible qu’à la sortie du salon.

Donc pour cette fois-ci, elle voulait simplement une couleur et surtout pas couper les cheveux car elle veut les avoir plus long pour faire un bel afro.

Elle a choisit une autre couleur: un marron doré.

En revanche, il a fallu au préalable enlever le pigment rouge bordeaux de la chevelure donc lui décolorer les cheveux. Puis, on applique la coloration marron doré.

Sur ces 2 photos, on ne voit pas la différence entre la décoloration et la coloration.

Les résultats:





Verdict:
Elles sont toutes les 2 contentes des résultats. Cela correspond à ce qu’elles avaient demandé.

Larissa compte revenir avec ces adorables enfants métisses.
La couleur de Nanye s’est légèrement foncé dès le lendemain prenant une couleur un peu plus brune.

xoxo!



Coordonnées du salon:

HapsatouSy, Ethnicia
40, Rue Grand Pont ( En face des Nouvelles Galeries),
Rouen
Tél: 09 82 28 87 63

Donnez votre avis sur ce salon! Laissez un commentaire…

ON ADORE!! TEYONAH PARRIS au Screen Actors Guild Awards 2013

Tout simplement ma-gni-fique!
Que l’on soit naturelle ou défrisée, on ne peut qu’admirer l’élégance de la coiffure que porte l’actrice américaine, Teyonah Parris.

 Ce frohawk a été réalisé par Felicia Leatherwood, la coiffeuse des stars afro-américaines.
Par ailleurs, elle sera à Paris les 9 et 10 mars prochain lors de la Natural hair Academy 2013. Ne cherchez pas des places, tout a déjà été vendu!

À l’approche de la Saint-Valentin, cette coiffure semble être parfaite pour rester la plus belle aux yeux de doudou.

Que pensez-vous de cette coiffure? L’adopteriez-vous pour un évènement important?