Alopécie, tempes abîmées… Voici les solutions!

Qu’est-ce que l’alopécie?
Alopécie est un terme d’origine grec qui désigne une chute de cheveux ou de poil anormalement élevée.
Originellement, comme le dit notre cher Wikipédia, ce terme fait le parallèle avec la chute de poil drastique que subit le renard chaque année en hiver.
Voilà pour la définition et la petite anecdote.

Quand tout va bien, un homme perd en moyenne 100 cheveux par jour, tandis qu’une femme perd en moyenne 50 par jour. Ce ne sont que des moyennes!

On parle donc d’alopécie chez l’homme ou chez la femme quand ces derniers perdent beaucoup plus que ce que ces moyennes indiquent et quand cela devient visible; c’est-à-dire quand le crâne devient partiellement visible ou est totalement à nue (=pelade)
Lire la suite « Alopécie, tempes abîmées… Voici les solutions! »

Publicités

Challenge pousse capillaire

Helloooooo!!! Comment ça va?!
BACK TO THE BEGINNING

Hyper contente et motivée d’être de retour à mon premier amour sur la toile, l’aventure capillaire, qui a débutée pour moi il y a plus de 10  ans déjà.
Je n’ai défrisé mes cheveux que 2 fois dans ma vie (retouche y compris) et j’ai toujours aimé prendre soin de mes cheveux naturels… depuis toute petite.

Mais le moment où j’ai commencé à me documenter, à tester des méthodes, des produits pour le bien de ma chevelure naturelle, cela remonte à plus de 10 ans.

Ces deux dernières années, j’étais loin de mon blog car j’avais envie d’autre chose, je vivais autre chose dans ma vie… quelque chose de plus passionnant.
La beauté est une de mes passions mais n’est pas la seule.
Cette passion est donc passée au n-ième plan lorsque j’ai donné naissance à mes choupettes. Je suis maman de JUMELLES. Non pas que j’étais débordée_ quoique, si parfois_ mais tout simplement, parler de cheveux et de beauté ne m’intéressait plus trop. En parler seulement, mais en privé je continuais à être moi, une BEAUTY ADDICT. Hé! On ne change pas.

HAIR GROWTH CHALLENGE!!!

Quoiqu’il en soit, j’ai une envie de cheveux crépus ostentatoirement longs!

Je reviens donc avec un défi sur la pousse des cheveux! Un Hair Growth Challenge quoi!Yeaaahhhh!!!

J’adore les challenges en général même si je ne les réussis pas toujours.
Mais dans cette quête de la longueur, ce n’est pas le résultat qui compte _ si un peu, beaucoup, quand même_ mais c’est le parcours.

Je suis donc en train de faire le plein de produits naturelles et industrielles, d’accessoires et de matériel pour ce challenge. En fait, je remets mon stock à jour tout simplement.
J’élabore également un plan d’attaque pour réussir ce challenge.

Je pense que j’ai les gestes et la connaissance nécéssaire du cheveux pour réussir. Y’a plus qu’à!

Mon dernier achat chez Aroma-Zone.com pour préparer ma routine pousse capillaire
ME SUIVREZ-VOUS?

Parce qu’un challenge est plus excitant et plus motivant quand on le fait à plusieurs, j’espère que vous vous joindrez à moi et qu’on partagera nos résultats.

Il débutera le 1er septembre et prendra fin le 1er mars 2017. 

6 MOIS DE CHALLENGE avec un partage des résultats intermédiaires à mi-parcours, fin novembre 2016.

Pour que ça soit plus amusant et qu’on ne voit pas le temps passer, de nombreux concours seront organiser, avec de nombreux lots à gagner.

Je reviendrai dans un prochain article avec les règles du ce challenge, une liste non exhaustive et peu coûteuse de matos et/produits à avoir et des astuces pour atteindre notre objectif: des cheveux visiblement bien plus longs.


Prêtes pour avoir les cheveux vraiment plus longs? Rejoignez-moi!


Niangalement,

Léna.

Mon évolution capillaire en images

Évolution capillaire

J’ai commencé à documenter mon évolution capillaire depuis 2004 environ. Mais je suis « naturelle » depuis bien avant cela.

Quand vous regarderez cette évolution capillaire vous verrez que vue le nombre d’années où j’ai commencé cette aventure, ma longueur de cheveux aurait du être beaucoup plus importante. Sans doute.
Mais c’est sans compter les nombreux revers que j’ai eu durant tout ce temps, voulant tout tester et n’importe quoi sur ma chevelure, la fragilisant, la cassant et perdant ainsi  le bénéfice de toute longueur.

Et puis, la longueur n’a pas toujours été un objectif. Loin de là, rarement même.
J’ai coupé mes cheveux de nombreuses fois, notamment à cause de heat damage ou tout simplement parce qu’ils étaient abîmés.

J’avais de mauvaises habitudes, notamment concernant le démélâge.

Et surtout, à l’époque, il n’y avait pas cette mine d’informations qu’on peut trouver sur internet: les blogs, les forums, Youtube…

Pour celles qui connaissent (les vieilles!), on mettait nos images sur Fotki et on discutait sur le premier forum français dédié à la chevelure afro: Blackjewels, qui est fermé désormais.

AU NATUREL

DE 2004 à 2008

 

 

 

 

 

2010

 

 

2011
2012

 

2013

 

 

 

2015

 

 

 
EN MODE LISSAGE

2008

 

 

2010

 

2013
Mon dernier lissage remonte à 2013 et le voici en photo.
Pas franchement une grande réussite car les cheveux ne sont pas lisses comme des baguettes; mais au moins ça donne une idée de ma longueur.
Je suis toujours réticente à faire des lissages car mes cheveux sont fins et je garde souvent des pointes lisses même après avoir mouillé mes cheveux: heat damage.
Puis quelques temps plus tard mes cheveux cassent.
Je m’y prends sans doute mal mais c’est la raison pour laquelle je me lisse rarement les cheveux.
Le dernier lissage remonte à 3 ans!!

 

Prochaine étape dans cette aventure capillaire: voir jusqu’à quelle longueur peuvent pousser mes cheveux. Je commencerai par un challenge pousse capillaire très prochainement.

Niangalement,

Léna

Faire son T-shirt length check soi-même

Pour mon challenge de pousse capillaire, je me suis dit que ce serait bien d’avoir un t-shirt length check pour mesurer mes progrès.
On peut mesurer ses cheveux à la règle ou au mètre de couture comme certaines le font. On peut aussi juste comparer 2 photos mais pour moi le t-shirt est plus parlant.

J’ai donc cherché sur mon ami Google des sites où je pourrais en acheter un. Et à vrai dire, il y en a certes, mais il y en a très peu.
En plus, le T-shirt est parfois à 20 euros sans compter les frais de port, ce qui est un peu chère pour moi, surtout pour l’utilisation que je compte en faire.

Toutes les raisons s’offraient donc à moi pour le faire moi-même.

J’ai donc cassé ma tire-lire, pris les 5 euros qui étaient dedans, direction H&M pour m’acheter un t-shirt blanc.
On peut aussi prendre un vieux t-shirt de n’importe quelle couleur. Mais l’inconvénient avec un vieux t-shirt, c’est qu’il peut être déformé à force de lavage, donc pas pratique pour tracer des lignes et faire ce type de t-shirt.
Si on prend un t-shirt de couleur sombre, il faudra juste penser à prendre également un marqueur permanent à tissu de couleur claire.

Voici en images la procédure super duper easy (hyper facile quoi!):

 

Le matériel nécessaire:
Un T-shirt blanc
une règle de 40cm
un marqueur permanent bleu pour tissu

 

Le matériel

 Première étape:
Tracer un trait le plus droit possible sous les manches du t-shirt;
Puis tracer une ligne épaisse (en insistant sur le trait) tout les 5 cm en prenant 2 petits points de repères à 5 cm à chaque fois pour tracer une ligne droite.
Etape 1: traçage des grandes lignes
Deuxième étape:
Tracer des lignes intermédiaires à chaque centimètre;
Et numéroter les grandes lignes, de 5 en 5 cm.

 

Etape 2: traçage des petites lignes
Dernière étape:
Personnaliser le t-shirt en y mettant les étapes à franchir par exemple
Ici j’ai mis les étapes classiques en anglais avec la traduction en français, à savoir:
SL= Shoulder Length= Longueur aux épaules
APL= Armpit Length= Longueur aux aisselles
BSL= Brastrap Length= Longueur à l’attache du soutif
MBL=Mid Back Length= Longueur au milieu du dos
WL=Longueur à la taille
HL= Hip Length= Longueur aux hanches
Etape 3: personnalisation
Et voilà! Votre t-shirt est prêt. Vous allez pouvoir vous en donner à coeur joie pour mesurer à tout va votre belle et longue chevelure. Je parle pour moi là en fait…
En prime, vous aurez économisé environ 15 euros pour un t-shirt que vous allez mettre 1 fois tous les 15 du mois (et encore) pour mesurer votre progression. Pas mal non?
Petite astuce: prenez un marqueur généreux en encre, c’est à dire pas trop sec, afin de ne pas devoir appuyer en traçant les lignes sinon le stylo risque de « sauter » en se prenant dans le tissu.
Et donc, n’appuyez pas avec le marqueur, effleurez simplement le t-shirt avec.
Maintenant, je n’ai plus qu’à vous faire des length check de ma chevelure avec ce beau t-shirt. Restez donc connectées!
Niangalement,
Léna.

Comment faire pousser les cheveux plus vite?

 MARRE DE STAGNER?
J’ai choisi la belle et naturelle Inna Modja pour illustrer cet article.

Vous faîtes « tout comme il faut ». Pourtant vous avez l’amère impression, à juste titre, que vos cheveux, qui avaient bien poussé jusque là, stagnent à la même longueur.
Dans un premier temps, vous vous dîtes qu’il faut être patiente. Vous avez raison.
Le temps passe et force est de constater que vous êtes toujours à la même longueur…  depuis plus de 6 mois. C’est à ce moment là que vous commencez à désespérer…
Puis au bout d’un moment, résignée, vous vous dites que vous avez sûrement atteint votre longueur maximale… un bon carré au dessus des épaules.

Lisez la suite, cela pourrait vous aider…


Avant tout, sachez que la longueur maximale aux épaules est un peu un mythe. Sauf en cas de maladie, les cheveux peuvent être bien plus longs.
Bien sûr, les cheveux ne poussent pas indéfiniment; alors si vous caressiez le secret espoir d’avoir une traine en guise de chevelure, comment dire… laissez tomber!

Tapez sur le net et vous verrez les différentes phases de pousse d’un cheveux.
En moyenne, un cheveux a une durée de vie de 4 à 7 ans avant de tomber. Si vos cheveux poussent en moyenne de 0,5 cm par mois (ce qui est peu), la longueur maximale de vos cheveux serait de 42cm si vous arrivez à tout « garder ».  Calcul grossier mais cela donne un ordre d’idée.

Alors si vous pensiez que vos cheveux, qui ont la longueur d’un carré court, ont atteint leur longueur maximale et vous les voulez plus long, bonne nouvelle, il peut y avoir une solution.

Néanmoins, et désolée de vous le dire, c’est que vous faîtes quelque chose qui ne convient pas dans votre routine, ou que celle-ci manque d’un petit quelque chose.

J’ai déjà abordé le sujet de manière complète dans un précédent article. Cliquez ici pour le lire.

Je vais donc vous présenter ici une check-list sommaire pour vérifier que vous faîtes les bons gestes si vous stagner alors que vous recherchez plus de longueur.
Ainsi, vous pourrez voir ce qui manque à votre routine ou tout simplement corriger le tir pour voir à nouveau vos cheveux prendre en longueur.

 

CHECK-LIST POUR PLUS DE LONGUEUR

 

  • Démêlage tout doux

C’est souvent par là que les dégâts commencent…
Vos cheveux ont pris de la longueur, il est sans doute temps d’espacer les démêlages et d’utiliser les doigts simplement au lieu du peigne qui va casser les fibres capillaires une à une.
Et n’oubliez pas, pas de démêlage sur cheveux secs mais seulement sur cheveux humides avec une tonne d’après-shampooing (a.k.a conditionner).

 

  • Laver ses cheveux en sections

L’idéal est de faire 6 à 10 grosses vanilles non serrées à la racine et de laver son cuir chevelu.
On ne shampouine pas les longueurs, cela ne sert à rien. L’eau du rinçage suffit à laver les longueurs.

 

  • Bichonner les pointes

Cela passe aussi par le sealing= sceller les pointes. Pour être plus claire, après avoir lavé vos cheveux, fait le masque et rincé le tout, il faudrait par exemple effectuer un dernier rinçage avec une eau dont le ph est compris entre 4,5 et 5,5 (eau vinaigrée ou avec du jus d’allé vera) et appliquer une huile ou un beurre surtout sur les pointes. Cela permet de bien refermer les écailles et de bloquer l’hydratation au coeur de la fibre capillaire.

 

  • Hands up!

Pas la peine de trifouiller vos cheveux sans cesse quand on veut gagner en longueur. Moins on en fait mieux c’est.
Démêlage trop fréquents, colorations, utilisation du sèche-cheveux ou des plaques… sont autant d’actions qui peuvent grignoter votre capital longueur.
Et si vous portez vos cheveux « libres » au quotidien, vous aurez tendance à TROP les manipuler… ce qui m’amène au point suivant.

 

  • Coiffure protectrice

On ne rappelle plus le principe.
L’idéal est une coiffure protectrice douce que vous gardez entre 2 et 3 semaines MAX et que vous refaites VOUS-MÊME avec très peu de manipulation, avec ou sans extensions.
Un chignon que vous enlevez chaque soir pour hydrater les cheveux n’est pas la meilleure coiffure protectrice car c’est déjà beaucoup de manipulation.
Il faut une coiffure que vous garder 2 semaines sans l’enlever.

 

  • Alterner entre les masques hydratants et les masques protéines

Vos cheveux ont besoin des deux. Mais il faut trouver le juste équilibre car trop d’un ou trop de l’autre et vos cheveux peuvent être cassants… mais pas de la même manière.
En général, les cheveux crépus demandent plus d’hydratation que de protéines.
À vous de trouver votre équilibre mais sachez qu’un seul masque protéiné par mois est suffisant en général.

 

Les petits plus…
Dormir avec un foulard en soie ou en satin… pour éviter les frictions et la perte d’hydratation.
 Prenez des vitamines… Ca peut aider, surtout si votre alimentation n’est ni variée ni équilibrée.
Essayez les shampooings sans sulfates et les après-shampooings sans silicones.

 

Voilà, rien d’exceptionnel mais parfois on oublie les bases.
Au fur et à mesure que les cheveux poussent, il faut adapter sa routine.
Les gestes qu’on faisait, la routine qu’on avait quand on avait un twa ou un carré ne peuvent pas être les mêmes quand les cheveux sont au milieu du dos. Souvenez-vous en.
Surtout, ne croyez pas aux produits miracles par pitié! Si on vous en vend un comme tel, on vous ment.
Aucun produit seul ne va faire pousser vos cheveux alors qu’ils stagnent, c’est la manière dont vous en prenez soin qui fera la différence.

Sur ces mots, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne pousse!

Niangalement,

Léna.

Si cet article vous a aidé, partagez, laissez un commentaire!

Retrouver sa belle chevelure d’enfance

 
OU 
LES 10 RAISONS QUI FONT QUE VOUS NE POUVEZ PAS RETROUVER VOTRE CHEVELURE D’ENFANCE

 

 

On me demande souvent des astuces pour retrouver sa belle (et souvent longue) chevelure d’enfance.
Pour moi, la réponse est claire: ce n’est pas possible. Inutile de courir après un fantôme, vous ne l’attraperez jamais!

1- Vous avez 25 ans passés et non 10 ans.

C’est une évidence: les cheveux des adultes sont différents des cheveux des enfants.
Pour la bonne et simple raison que les cheveux à la naissance sont du duvet qui se transforme en cheveux au fur et à mesure des années jusqu’à l’âge adulte qui est environ autour de 25 ans.
En effet, jusqu’à cet âge là, notre corps subit des transformations, murît pour ensuite dépérir petit à petit: c’est le vieillissement.
C’est pour ça que certaines personnes ont leur dents de sagesse à 25 ans voire beaucoup plus tard.
Et c’est la raison pour laquelle on dit que les cheveux changent tous les 7 ans.

Des cheveux d’enfants sont en générale plus fins que des cheveux d’adultes car la maturation du corps (peau, système veineux…) n’est pas la même.
Ainsi, en vieillissant, ne vous attendez pas non plus à garder exactement la même chevelure…


2- Certains l’appellent Dame Nature…

Appelons-la la Gé-né-tique!
Un bébé métisse ou noir qui sort du ventre de sa maman est souvent très pâle de peau et ses cheveux sont lisses ou ondulés. Peu à peu, il commence à prendre des couleurs les premières semaines, les premiers mois. Et parfois les yeux qui étaient bleus deviennent verts ou gris; les yeux verts deviennent noisettes… Ce sont les changements les plus rapides.
Mais les cheveux prennent du temps à prendre le véritable forme; leur forme génétiquement programmée. Cela peut prendre des années; et cela rejoint le premier point abordé.

Difficile d’aller contre les gènes, n’est-ce pas?
Ça les hommes chauves le savent bien. Car ado, quand ils voient les hommes de leur famille perdrent les cheveux, ils savent que leur tour viendra sans doute, tôt ou tard.
Nous les femmes, nous sommes moins touchées par ce problème de calvitie génétique mais les changements de texture sont aussi déterminés génétiquement et on n’y peut grand chose.



3- Nous sommes ce que nous mangeons

Ne me dîtes pas que vous continuez votre lait 3ème âge ou les petits pots?
Sans remonter aussi loin, votre alimentation a sans doute changé par rapport à votre jeune âge.
Or, il existe un lien indéniable entre l’alimentation et les cheveux.
Ils seront plus forts ou plus faibles, résistants ou cassants, souples ou plus rigides aussi en fonction de ce qu’ils pourront puiser à la racine; donc de ce qu’on mange ou boit.
Parfois, cela suffit à modifier légèrement la texture des cheveux.

4- Blâmez les hormones!!

Hommes ou femmes, blâmez les! Encore.
Elles contrôlent tous les aspects de notre corps et elles sont partout.
À l’adolescence, elles nous envahissent massivement et cela se traduit par des modifications physiques temporaires comme l’acné par exemple (et encore) ou définitivement comme la pilosité, la poitrine… mais aussi les cheveux qui changent de texture ou de couleur ou de secs à gras… Rien de radicale mais en générale mais un grand changement tout de même.

Et les hormones ne nous fichent pas la paix après l’adolescence. Non, c’est notre corps qui s’habitue à leur présence sauf dans les cas passagers pour la femme comme les dérèglements hormonaux, les grossesses et la ménopause. Autant de moments où les cheveux sont soumis à modification.
Demandez aux femmes enceintes! Souvent grâce au trop plein d’hormones, elles disent avoir de beaux cheveux, brillants (plus de sébum), qui poussent vite (grâce à l’hormone de croissance du bébé et vitamines B qu’elles prennent)… Mais pour d’autres femmes enceintes, c’est aussi tout le contraire.

5- Merci Maman

 

Souvent les stars ont des cheveux impeccables car elles ont des coiffeuses attitrées qui les suivent en permanence et qui font des merveilles avec leur chevelure.
Et si elles n’ont pas de coiffeuses attitrées, elles peuvent se payer le luxe d’aller très régulièrement chez le coiffeur.

Sachez une chose: vous êtes une ex-star. Petite, c’était maman votre coiffeuse attitrée. Et elle ne comptait pas ses heures pour prendre soins de vos cheveux: les laver, les peigner, les natter, les hydrater et ce régulièrement. Ca aide donc à avoir de beaux cheveux longs et soyeux.
Donc forcément, quand maman n’est plus là pour faire ça toutes les semaines ou toutes les 2 semaines comme dans l’enfance, cela se ressent sur la chevelure.

6- Irez-vous au boulot avec des couettes?

Regardez vos photos d’enfance. Oui, vous vous trouvez mignonnes avec vos couettes ou vos petits ponts, vos choux…
Ces coiffures sont des coiffures protectrices.
Idéales pour maman car cela lui permet de ne pas vous coiffer pour plusieurs jours et c’est mimi sur une petite fille, fille ou très jeune femme.
Idéales pour vos chevelures également qui peuvent atteindre une belle longueur avec ces coiffures.
Majoritairement, vous ne portiez quasiment que ça enfant. Et il suffit que maman soit dévouée et très délicate avec vos cheveux lors du démêlage, par exemple, pour que vos cheveux soient très longs.

Adultes, il est beaucoup plus difficile de porter ce genre de coiffure tout le temps, surtout pour le boulot au risque de passer pour une adulte-enfant.

7- Les agressions faites à nos cheveux
 

On a tendance à faire très attention quand on prend soin des cheveux de nos progénitures. Notamment, on ne défrise pas les cheveux des enfants en dessous d’un certain âge.
Mais une fois adultes et un peu avant, c’est le festival: défrisage, colorations, permanentes, extensions (tissées, volées, tressées)… etc. Bref, autant d’agressions que nous ne faisions pas petites et qui à l’âge adultes abîment nos cheveux sans qu’on s’en rende vraiment compte.
À force d’agressions, inutile de demander aux cheveux d’être comme avant.

8- Les produits utilisés

En générale, les marques de produits capillaires ont leur gamme pour enfants. Voire certaines marques sont spécialisées en produits capillaires pour enfants.
Notez bien que si ces gammes existent (hormis le côté commercial) c’est que la composition n’est pas la même et donc que les produits pour adultes sont plus agressives ou moins sains.
Souvent adultes, on utilise beaucoup plus de produits dans nos cheveux ce qui a pour conséquence d’étouffer la fibre capillaire ou de modifier la texture.
Par exemple, les sulfates ont tendance à assécher les cheveux, les rendant plus cassants, plus rugueux et fourchus. Ainsi, globalement, au lieu d’avoir de belles boucles (quelques soient leur taille) vous aurez des frisottis.
Les silicones alourdissent le cheveux, ce qui le rendra plus lisse.
Et il est vain de penser qu’il suffit de rincer un produit contenant du silicone pour en être débarrasser. Certaines silicones sont non solubles dans l’eau. Il faut un shampooing à base de sulfate (un bon détergent quoi) pour s’en débarrasser.

Par ailleurs, ce n’est pas une solution d’utiliser sur vos cheveux toute une gamme complète pour enfant car vos cheveux _ n’étant plus ceux d’enfants_ ont d’autres besoins.

9- L’environnement
 

Qui n’a jamais expérimenté une belle chevelure lors des vacances dans un pays tropicale?
Avec l’humidité ambiant (parfois jusqu’à 90% d’humidité) et la chaleur, les cheveux sont au top de leur forme.
Ce n’est pas le cas de toutes, mais pour celles qui ont grandi dans un pays tropicale pour ensuite venir vivre en France métropolitaine, le changement peut être violent.
Les cheveux secs, bouclés et crépus adorent le climat tropicale. En dehors de ce climat, en générale, ils souffrent beaucoup du faible taux d’humidité dans l’air ambiant.
Sachez aussi que l’ensoleillement aide à fixer_ dans certains cas il est indispensable_ certaines vitamines aidant à la pousse des cheveux et à leur bon état générale. Ainsi, le passage d’un pays très ensoleillé à un autre beaucoup moins ensoleillé peut se ressentir sur la chevelure.

De plus, sans parler de grande migration géographique, le passage d’une région où l’eau du robinet est peu calcaire à une région où l’eau du robinet est très calcaire se ressent sur la sécheresse des cheveux.

10- Le stress

J’espère pour vous que vous n’avez pas eu une enfance stressée. En générale, ce n’est pas le cas.
L’enfance est le moment de l’insouciance, des rires, des découvertes… Pas de vrais soucis.

À l’âge adulte, la musique est tout autre: les problèmes arrivent!
Les études, les factures à payer, la vie sociale à construire, l’ascension professionnelle, la maladie, les diktats de la société… sont autant de sources de stress qu’il est parfois difficile à supporter, psychologiquement et physiquement.
On supporte souvent, sans même s’en rendre compte, par habitude. Mais ce stress, inexistant lors de la petite enfance, peut être visible sur tout notre corps_ certains en font de l’eczéma_ notamment sur notre chevelure.

 

Conclusion et alternative
 

Tout ça pour vous dire que les changements de texture de chevelure sont normales et inéluctables.
Il est ainsi vain de vouloir retrouver à tout prix et exactement sa chevelure d’enfance même si celle-ci était magnifique et souvent grâce à votre coiffeuse à domicile personnelle qui ne comptait pas ses heures.
C’est souvent grâce à elle, maman, et à sa patience que vous aviez de longs et beaux cheveux.
Les autres facteurs évoquées ne sont pas non plus à négliger: la génétique, les changements d’hormones, les agressions extérieures…

Ensuite, dans la perspective de retrouver vos cheveux d’enfance, vous souhaitez sans doute retrouver des cheveux le plus sains possible, retrouver la vraie nature de votre chevelure actuelle, vos cheveux au top et qui poussent bien. Ça, c’est tout à fait possible.
Cela va de paire avec l’arrêt définitif de certaines pratiques comme le défrisage, les colorations et de certains produits capillaires. Car on ne peut pas espérer voir des cheveux totalement sains si on a des pratiques capillaires qui vont à l’encontre de leur nature.

Une méthode qui permet de se rapprocher de cet objectif selon moi est la Curly Girl Method, que j’appelle souvent la CG Méthode et que j’applique depuis près de 2 ans environ.
Même si vous n’avez pas les cheveux bouclés vous pouvez vous en inspirez, je pense, pour établir votre routine capillaire.
Vous pouvez vous documenter mais je tâcherai de vous présenter de ma version de cette méthode dans un autre article.

Niangalement,

Léna

Ma tentative de lissage de l’année!!

Le résultat
Bon, ne vous laissez pas flouer par mes sourires et mes airs de bimbo.
Le résultat n’est pas celui escompté.
Comme toutes, je voulais le lissage parfait.
Je me suis retrouvée avec des cheveux étirés, pas lissés mais de quoi m’amuser quand même!

Petite analyse du résultat

Oui vous avez bien lu le titre! Jusqu’à présent, c’est la seule fois cette année que j’ai essayé de me lisser les cheveux. Sur un coup de tête pour dire vrai.
Mes proches le savent, je ne suis pas fan des cheveux lisses surtout quand il s’agit de dénaturer les miens.
En général, si je veux du lisse parfait sans me soucier de la chaleur, je fais un tissage. Ce qui est tout aussi rare car je supporte très mal d’avoir mes cheveux coincés sous une « perruque ».

En réalité, je suis surtout moins fan d’appliquer une tonne de chaleur sur ma chevelure.
Bon je l’avoue, j’ai peur de cramer mes cheveux! Les pauvres, j’ai l’impression que je les torture en faisant ça.

Du coup, j’ai appliqué beaucoup de sérum anti-chaleur; ce qui a eu pour effet:
– d’empêcher le lissage tout simplement
– de laisser beaucoup de résidus sur ma chevelure

Ok! Le lissage n’est pas parfait mais si vous souhaitez ce résultat ou comment ne pas faire les mêmes erreurs que moi, lisez la suite!

Les produits utilisés

Catonic Hydration Interlink

J’ai utilisé exclusivement les produits professionnels de la marque CHI produite aux Etats-Unis.
Ils sont affreusement efficaces! Mais le prix va avec aussi.
Et autant le dire tout de suite, ces produits ne sont pas en accord avec la CG Method car ils contiennent des sulfates, silicones et parabènes.

1- INFRA SHAMPOO, 350ml, 23 euros: Shampooing hydratant traitant, nettoie les cheveux en douceur, maintient et équilibre l’hydratation et renforce les cheveux grâce à l’apport en protéines.
Je ne l’ai pas utilisé. J’ai préféré mon shampooing sans sulfates.

2- INFRA TREATMENT, 350ml, 24 euros: Traitement protecteur thermique qui s’utilise après le shampooing et se rince.
Il assure l’hydratation et la protection des cheveux contre les outils chauffants.
J’ai aussi fait l’impasse sur ce produit car j’avais déjà les cheveux bien hydratés et je ne comptais pas utiliser trop de chaleur.

Ces 2 produits s’utilisent avant le lissage. Mais aussi une fois qu’on veut retrouver ses boucles naturelles.

3- STRAIGHT GUARD, 250ml, 21 euros: Crème de coiffage lissante, ne se rince pas et s’utilise avant le brushing (tension method).
C’est cette crème que j’ai mis en trop grande quantité sur mes cheveux et qui m’a laissé des résidus.
Elle est terriblement efficace pour protéger les cheveux. La preuve en est que mes cheveux ont retrouvé leur aspect crépus, sans aucune modification de leur texture aussi infime soit-elle. Je n’ai même pas eu un seul cheveux lisses ou dénaturés après les avoir mouillés à nouveau.

4- SILK INFUSION, 177ml, 36 euros: complexe reconstructeur à base de soie. C’est la star de la gamme.
Ne se rince pas et s’utilise à la fin du lissage pour protéger la chevelure de l’humidité et les renforcer.
Il laisse véritablement  un effet soyeux sur la chevelure et son odeur est à croquer.

Les prix sont donnés à titre indicatif.
Moi je les achète directement aux Etats-Unis. Mais en cherchant un peu sur la toile vous pourrez les trouver comme sur ce site.

Les outils utilisés

Sèche-cheveux  Calor dit ionic, 1800W, semi-pro
Lisseur Calor, plaques céramiques 2cm, 230°C max réglable
Mes gros rouleaux chéris dits magnétiques, diamètre 4,5cm



La méthode
Concernant, la méthode j’y suis allée aussi très doucement.

J’avais fait un masque hydratant dans la semaine puis un autre le jour même avant le lissage.

Puis, au lieu de faire un brushing que je trouve trop agressive pour mes cheveux, j’ai utilisé la tension method pour étirer mes cheveux en guise de brushing.

Pour finir, j’ai passé les plaques céramiques ( à 210°C) sur des petites sections de mes cheveux que je mettais dans de gros rouleaux.

Une fois que j’ai lissé la totalité des cheveux, j’ai retiré les rouleaux immédiatement. D’où les racines décollées et les légères ondulations dans la chevelure.

J’aurai pu les garder plus longtemps afin que mes cheveux aient plus l’ondulations.

Comment améliorer le résultat?

Il n’y a pas de secret. Pour un meilleure lissage il aurait fallu:

– Déjà mettre moins de crème protectrice. Une noisette par section suffit en général. Pas la peine d’en mettre des tonnes comme moi.
– Puis, faire un bon brushing; c’est-à-dire avec une brosse et coller le sèche-cheveux à la chevelure tout en brossant et étirant ses cheveux.

Mon avis

Je me lisse les cheveux une fois par an maximum, juste histoire de checker leur vraie longueur, et encore.

Oui, les professionnels de la coiffure et les addicts du lisse me diront, qu’un lissage bien fait n’abîme pas les cheveux. C’est sans doute vrai…
Néanmoins, les lissages que j’ai fait par le passé (seule ou en salon) ont dénaturés mes cheveux soit en rendant les boucles moins serrés, soit en me donnant certains pointes définitivement lisses… et au finale, mes cheveux se cassaient par la suite.

Je manque d’entraînement sur moi c’est évident! Je ferai mieux la prochaine fois.

En tout cas, suite à ce lissage mes cheveux n’ont pas été abîmés du tout, ni dénaturés.

Les autres jours

J2:
Twist-out avec des grosses vanilles
 Matin versus le soir après une journée de boulot
Le reste de la semaine:
Chignon haut

 

A suivre…

Je suis incorrigible!
Je ne me lisse pas souvent les cheveux mais j’aimerais bien trouver l’association de la méthode et du lisseur qui me donnera le meilleur résultat.
Voici donc le prochain lisseur que je testerai. Oui, je l’ai déjà acheté.
Ce qui m’a attiré? C’est comme pour le fer à repasser, il y’a possibilité de mettre de l’eau dans un réservoir pour permettre un meilleur lissage et ce en un seul passage.
Et bien sûr, il a été élaboré spécialement pour les femmes typées afros.
Promesses, promesses…

Environ 80 euros en grande surface
Encore des promesses…

Affaire à suivre donc…


Niangalement,

xoxo.

 

Ma routine capillaire 2013

Je n’ai pas de routine capillaire à proprement parler. C’est-à-dire que je n’ai pas un agenda  sur lequel il est prévu qu’à telle date je fasse ceci ou cela.

J’écoute mes cheveux et en fonction de leur condition « physique » (secs, cassants, trop souple, emmêlés…etc), j’adapte les soins.

Globalement, j’en fais très peu pour mes cheveux et ils s’en portent bien. Je suis une adepte de la simplicité.

MES PRODUITS CAPILLAIRES

Je fais la curly girl méthode, donc n’utilise que des produits sans silicones et sans sulfates. Je fais parfois une exception pour les silicones solubles dans l’eau.
Par ailleurs, comme j’essaye aussi de faire attention à ma santé (dans le doute), je choisis autant que possible des produits sans paraben et bio.

Shampooings:

Celui du moment: Shampooing Timotei Bio sans paraben, sans silicones, sans colorants, sans sulfates.

J’utilise le rose sur la photo

Après-Shampooings (AS):
Celui que je trouve facilement et donc que j’achète régulièrement: Corine de Farme, en grande surface, plus particulièrement celui à l’amande.

A vrai dire, j’utilise n’importe quel AS pourvu qu’il soit sans silicone.

Masques maison:
– henné (neutre, naturel et avec de l’indigo) et autres poudres ayurvédiques.
– masque au blanc d’oeuf (aux protéines)
– masque à la mélasse: une bombe! idéal pour détendre les boucles
– masque hydratant à l’AS+ huile

Leave-in:
Biosilk, infuseur de soie (avec silicones solubles dans l’eau)

Leave-in maison: eau+ as+ huile de ricin+ glycérine

Eau de rinçage:
– eau+ vinaigre de cidre
– infusion de thé
– pour coloration: infusion d’indigo, de poudre de garance ou hibiscus.

Beurres et huiles végétales:
La seule différence entre beurre et huile, c’est que le premier est solide à température ambiante et l’autre « liquide ». C’est la même différence entre l’eau et le glaçon, si ma comparaison a du sens pour vous.

Je les utilise en générale pour le sealing: garder l’hydratation dans la fibre capillaire après avoir appliqué mon leave-in.

Voici ceux que j’utilise et achète régulièrement:
beurre de karité, un must-have pour moi,
– beurre de coco,
– huile d’olive,
– huile de pépin de raisin,
huile de ricin, un autre must-have,
– huile d’amande douce,
– huile de jojoba.

Je ne fais pas la liste de mes huiles essentielles et  l’utilisation que j’en fais pour les cheveu. Cela fera l’objet d’un autre article.

DÉMÊLAGE

Sur cheveux mouillés bien sûr.

Je mouille mes cheveux et je les enduis d’une tonne d’AS ou un mélange d’AS+ une huile.

Je commence toujours à démêler au doigt. Je m’arrête souvent là.

Une fois tous les 2 ou 3 voire 4 mois, je poursuis le démêlage à la brosse ronde, puis éventuellement au peigne fin sur les pointes.

Je démêle les cheveux en faisant des sections que je tresse après avoir démêlé. Ça empêche que mes cheveux s’emmêlent tout de suite après.

MES SOINS
Voici dans l’ordre ce que je peux être amené à faire.

Prépoo ou avant shampooing:
Les seuls prépoo que je fais sont les bains d’huile.
Soit avec une seule huile ou beurre comme le beurre de coco.
Soit avec un mélange d’huile: huile de coco+ huile de moutard+ huile essentielle de menthe ou lavande ou romarin.

Lavage:
Je me lave les cheveux au moins une fois dans la semaine.

Si mon cuir chevelu n’est pas encrassé mais que j’éprouve de me laver les cheveux, je les lave avec un après-shamppoing sans silicone. C’est amplement suffisant et efficace dans ce cas.

Si je sens que mon cuir chevelu est encrassé je fais un shampooing (sans sulfate). En moyenne, c’est une fois par mois. Ça peut être plus long (1 fois en 2 mois) ou plus rapproché ( 2 fois dans la semaine).

Masques:
Je fais toujours les masques après le lavage des cheveux et non le contraire.
J’ai l’impression que pour que le masque soit bien efficace et pénètre la fibre capillaire, il doit être appliqué après le shampooing  ou no-poo; sur cheveux propres quoi! Le contraire me semble contre-productif en toute logique.

J’en fais un par semaine ou toutes les 2 semaines.

mon henna gloss, pour force et brillance du cheveu

J’alterne entre 3 types de masque: hydratant, ayurvédique (comme le hénné) et aux protéines.
Comme écrit plus haut, cela dépend de l’état de mes cheveux.

Faire un masque  restructurant (aux protéines) à ses cheveux qui ont besoin d’un masque hydratant, c’est comme offrir du pain à celui qui meurt de soif. Vice et versa. 
Des cheveux dits secs n’ont pas forcément besoin de masques hydratants tout le temps.
Pire, cela peut faire encore plus de dégâts. D’où l’intérêt de controller la porosité de ses cheveux.
Voici une très bonne vidéo pour comprendre ce phénomène.

Après un henné ou un autre soin ayurvédique, qui sont efficaces mais dessèchent le cheveux, je fais souvent un masque hydratant.

Rinçage:
Après le lavage et/ou le masque, je rince mes cheveux à l’eau du robinet. Sachant que j’ai un filtre dans mon pommeau de douche, donc l’eau qui en sort est non calcaire.

Celui que j’ai à la maison, acheté sur filtredouche.fr
cliquez sur l’image pour plus d’info.

Je peux compléter ce rinçage, par une eau vinaigrée pour augmenter l’acidité de l’eau, ainsi refermer les écailles de mes cheveux, et par conséquent, leur donner de la brillance.
Je contrôle souvent le pH de mes produits de rinçage et fais en sorte qu’il soit compris entre 4,5 et 5,5.

Leave-in:
En ce moment, je ne rince pas totalement l’AS.
Si le besoin se fait sentir, je pulvérise le main ou le soir mon leave-in maison.

Seal-in:
En dernier j’applique une huile ou un beurre végétale sur toute la longueur de ma chevelure en insistant sur les pointes.
Puis je fais une dizaine de tresses et fais sécher mes cheveux ainsi. J’utilise très rarement le sèche-cheveux. Sauf pour me donner de la longueur et du volume avec la tension method.

Au quotidien:
Le soir, j’applique une noix de beurre de karité sur mes longueurs et pointes tous les 2 jours.

J’ai toujours dans la salle de bain, un pulvérisateur avec mon leave-in maison que je pulvérise parfois sur mes cheveux avant de mettre une huile.

Au besoin, je fais 6 grosses tresses ou vanilles avant de me coucher. Et le matin je suis prête pour me coiffer en 5 min chrono.

MES COIFFURES

Majoritairement, je fais des updos.

Pour le boulot, je fais souvent des chignons hauts. Je les adore car c’est super pratique. Mes cheveux ne frottent ainsi contre rien: pas sur l’appui-tête de la voiture, pas sur le dossier de mon fauteuil, pas sur l’écharpe, pas sur le col de mon manteau… etc.

Ceux que je fais pour le boulot sont moins « travaillés »

En vacances loin de chez moi, étant donné que je ne pars pas avec tous mes produits, je préfère faire des vanilles avec mes cheveux ou je fais moi-même des extensions tressées. Ainsi, je ne passe pas beaucoup de temps sur mes cheveux. Je les hydrate, huile les pointes et je suis ready to go.

Mais je n’en fais qu’à ma tête car lors de mes dernières vacances en Martinique en décembre, je laissais parfois mes cheveux au vent avec un braid-out fait sur cheveux mouillés.

Pour sortir ou les occasions spéciales, ou selon l’envie, je lâche les cheveux: twist-out, braid-out, curlformers…
Je me lisse très rarement les cheveux, à peine une fois par an.
Et j’utilise très peu le sèche-cheveux pour les étirer, mais cela va sans doute changer.

A la maison, je fais un puff ou chignon haut ou je les détache tout simplement.

LA NUIT

Je fais un chignon haut ou un puff, non serré. Puis je mets un foulard en soie ou en satin autour de la tête. Quand je ne veux pas m’attacher les cheveux avec le foulard, je dors sur un oreiller en soie dont j’ai acheté le tissu moi-même et cousu plusieurs.

Voici ma routine capillaire en long et en large. Rien de compliqué à vrai dire. Le tout est de comprendre l’effet des produits sur nos cheveux et de leur donner ce dont ils ont besoin. Ça paraît long et fastidieux mais ça vient tout seul avec l’habitude.

Pour plus de détails sur la CG méthode, la porosité, le PH des produits… n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous souhaitez que j’aborde le sujet dans un autre post.

Niangalement,

Léna

Des Cheveux plus longs en 1 année

2013 commence à peine et comme souvent, nous avons pris de bonnes résolutions: faire du sport, mieux manger, perdre du poids, lire plus…

Si une de vos résolutions ou votre challenge de l’année est d’avoir les cheveux plus longs fin 2013, c’est possible.
Restons réalistes tout de même, il n’y a pas de miracle. Si vos cheveux poussent en moyenne de 1cm par mois, vous pouvez espérer gagner 12 cm à la fin de l’année.


Donc pas de miracle mais 10 points à suivre pour gagner une belle longueur fin 2013.

1- Commencez par une bonne base
Faîtes une coupe de cheveux une bonne fois ou coupez seulement les pointes sèches et abîmées.
Vous ne pouvez pas essayer de vous laisser pousser les cheveux sur une base abîmée car cela ne servirait à rien. La fourche des pointes remonterait plus haut. Et puis de belles repousses sur des pointes abîmés ce n’est pas très joli.

Si pas besoin de se couper les cheveux, passez au point no 2.

2- Allez-y mollo avec la chaleur, voire supprimez-la

Sèche-cheveux, fer à lisser, le pince céramique, tourmaline… exit!

On n’y touche plus (dans l’idéal) ou on s’autorise à l’utiliser beaucoup moins souvent, genre 2 fois par mois. Et quand on l’utlise, on met une température moins élevée.

La chaleur a pour effet mécanique d’ouvrir les écailles et d’assécher le cheveu qui ne retient plus l’hydratation. A répétition, cela modifie la structure du cheveu et donc le rend plus fragile; d’où les pointes fourchues et les cheveux qui cassent.

3- Stoppez les traitements chimiques

Les colorations (sauf les hennés), le défrisage, lissage californien, brésilien, japonais, coréen ou X-tenso cera thermic… on évite!

Pour celles qui ne peuvent pas faire sans, on espace les espaces.
Donc si vous vous défrisez les cheveux tous les 2 mois, par exemple, faîtes le tous les 3 mois voire plus pour celles qui peuvent tenir.

Le défrisage, les lissages et les colorations ont un effet comparable à la chaleur: ils dénaturent le cheveu, le rendent sec, plus fragile et il peut casser. Et lors des retouches, surtout, on applique la crème seulement sur les repousses!

4- Adoptez le KISS: Keep It Short and Simple
N’en faîtes pas des tonnes! Ne passez pas votre temps à mettre vos mains dans les cheveux:
– Ne vous démêlez pas les cheveux quotidiennement.
– N’allez pas chez le coiffeur tous les mois (sauf si vous souhaitez lui payer son prochain 4*4)
– Faites une coiffure que vous pouvez garder le plus longtemps possible sans la refaire (cf. coiffure protectrice).
– N’achetez pas et n’utilisez pas une tonne de produits; souvent vos cheveux ne le réclament pas.

5- Faites des coiffures protectrices:

Ce sont des coiffures protègent vos cheveux au maximum et de vous-même également!
Vous devez pouvoir porter cette coiffure au moins une semaine sans y toucher ou avec le moins de manipulation possible.
Vos cheveux ne doivent pas frotter contre les épaules, les vêtements: des updos. En effet, les fibres capillaires ont tendance à capter l’hydratation des cheveux et soulever les écailles à cause du frottement.
Astuces supplémentaires: utiliser un foulard ou une taie d’oreiller, en soie ou satin. Ces matières préservent la fibre capillaire contre le déssechement et les effet néfastes des frottements.

6- Prenez soin des pointes:


J’ai lu une fois que les cheveux poussent par les pointes. Vrai mais à ne pas prendre au premier sens.
Bien-entendu, c’est par la racine qu’ils poussent, qu’ils sortent du cuir chevelu. Mais l’expression signifie qu’en prennant soins des pointes et en les préservant, on garde chaque centimètre de cheveux qui pousse. Ainsi, à la fin de l’année, on constate la pousse.
Quand on applique un masque, on prend soin que les pointes sont bien couvertes.
On hydrate ses cheveux et on en met plus sur les pointes.
Pensez aussi à mettre une huile légère (jojoba, amande douce, d’olive, de pépin de raisin…) ou un beurre (de karité, de cacao, de coco…) sur les pointes après les avoir hydrater, tout en faisant un mouvement vers le bas, dans le sens des écailles pour les fermer mécaniquement.
Cela permet d’emprisonner l’eau dans les écailles: le sealing.

7- Ne vous prenez pas la tête:
Regarder l’eau sur le feu ne l’a jamais faite bouillir! (A watched pot never boils!)
Pas la peine de mesurer ses cheveux tous les mois pour voir du changement. Vos cheveux poussent! C’est une certitude, c’est biologique.
Pensez à autre chose, ne vous focalisez pas dessus… Patience!!

Si vous ne voyez pas qu’ils ont poussé, c’est qu’ils se sont cassés tout simplement et que vous ne leur faîtes pas du bien.
Prenez une photo dès le début, puis tous les 2 mois jusqu’à la fin. Vous verrez ainsi l’évolution.

8- Stoppez les méthodes agressives, soyez douces:
Parfois, la casse vient de notre manque de douceur envers nos tifs.
Prenez le temps de les chouchouter. Vous risquez de leur faire plus de mal que de bien en voulant aller vite. Bloquez vous du temps pour les démêler en douceur, leur faire des soins… Ne le faîtes pas si vous manquez de temps, reportez ça à un autre moment.

Si vous aimez avoir les cheveux tiré en arrière, ne tirez pas trop sur les cheveux de devant au risque de les casser encore une fois. Utilisez d’autres méthodes douces pour aplanir les « chichis de devant ».

Ne serrez pas trop les élastiques, les extensions, les tresses, les tissages, les perruques…

Evitez les frictions avec les tissus. Si vous aimez les bonnets, cousez un bout de tissu en soie ou en satin, à l’intérieur du bonnet, ni vu ni connu.

La douceur passe aussi dans les produits qu’on utilise et qui sont parfois agressifs. Tout le monde n’est pas adepte du « sans sulfate, sans paraben, sans silicone, sans alcool » comme moi. Mais si vous trouvez un produit capillaire sans tout ou partie de ses ingrédients, gardez-le. Les parabens c’est à cause de leurs possibles effets cancérigènes, mais il y en a partout donc c’est un peu difficile de les éviter…
Les sulfates et les alcools assèchent le cheveu. Les silicones ont un effet « immédiat » et aident beaucoup en général. Mais leur défaut est qu’ils recouvrent la fibre capillaire, sont difficile à éliminer et donc empêche l’hydratation du cheveux, le rendant sec.

Prenez le temps d’essayer des produits brutes types ayurvédiques, ghassoul, argiles, noix de lavages, beurres et huiles végétales, huiles essentielles, glycérine… Et si vous avez le temps, faîtes vos propres produits capillaires.


9- Prenez en soin de l’intérieur:

On est ce que l’on mange.


Le cheveu croît de l’intérieur. Pour se faire, il a besoin de certains nutriments et de l’énergie que nous apporte notre alimentation.
Vous pouvez trouver sur le net ou ici à votre demande, les aliments qui sont nécessaire à la pousse de cheveux. Mais pour faire simple, il faut manger varié, un peu de tout, éviter la junk food (fast food) et boire environ 1,5l d’eau par jour.

Prenez des compléments alimentaires au besoin.

10- Aimez vos cheveux, écoutez-les

 

Et si pour une fois on aimait ses cheveux? Crépus, bouclés, frisés, lisses, bruns, roux, blonds…
N’essayez pas de les changer mais apprenez à les dompter tels qu’ils sont et ils vous le rendront bien.
Vous partirez du mauvais pied si d’emblée vous vous dîtes qu’ils sont moches, trop ci, trop ça, pas assez ci, pas assez ça… Ils sont comme ils sont et aimez les ainsi. S’ils sont abîmés vous pouvez y faire quelque chose, prenez en soin.

S’ils sont cassants, s’ils paraissent rester à la même longueur, analysez la situation pour comprendre: Trop de manipulation? Un produit capillaire inadapté? Démêlage trop agressif? Sont-ils pas assez ou trop hydratés? Ou au contraire ont-ils besoin d’un soin à base de protéine? Puis rectifiez le tir.

Voilà, avec ça, vous ne pouvez qu’atteindre votre objectif: avoir les cheveux plus longs et au passage, en bonne santé.

Niangalement,

Léna

Cet article vous a t-il aidé? N’hésitez pas à me laisser un commentaire, j’y répondrai assez rapidement.

Tweet: https://ctt.ec/1YFZ3+